Cameroun : le Conseil islamique des Imams et les musulmans en rangs serrés

Le Conseil islamique des Imams et les musulmans en rangs serrés | Illustration/DR
Le Conseil islamique des Imams et les musulmans en rangs serrés | Illustration/DR

L’Union islamique du Cameroun (Uic), le Conseil national des Imams, des Mosquées et des affaires islamiques (Cocimai) ainsi que la communauté musulmane de Douala, ont communié ensemble lundi le 12 septembre 2016. A la faveur de la prière et de la Fête du sacrifice. L’esplanade du Camp Bertaud était noire de monde ce jour. Jeunes et adultes, hommes et femmes ont honoré ce moment sacré. « La solidarité, la paix, l’union, l’amour, la fraternité », étaient les maîtres-mots de la prière du Dr Ibrahim Moubarak Mbombo, Grand Imam de la région du Littoral par ailleurs président national de l’Uic et du Cocimai.

CAMERPOST a enregistré le fait que l’Aïd el-Kébir est considéré par les musulmans comme une célébration de leur foi. De nombreuses traditions accompagnent cette période qui s’étale sur quatre jours. Les musulmans partagent prières et repas. La plus célèbre tradition de l’aïd el-Kébir est le sacrifice d’un animal en souvenir de celui d’Ibrahim. Il s’agit en général d’un mouton, d’une chèvre ou d’un veau. Les animaux doivent être âgés d’au moins un à deux ans. La tradition commande au chef de famille de tuer l’animal en le vidant de son sang, sans l’assommer et en utilisant un couteau bien aiguisé : les souffrances de l’animal doivent être minimisées. Et c’est ce qui a été fait sur place à Douala.

En outre, de nombreuses familles font le choix de sacrifier un mouton dans un abattoir spécialisé ou de commander la viande d’une bête tuée selon le rite. Il est ensuite d’usage de partager la viande en trois parties égales. La première revient à la famille, la seconde aux voisins, amis, collègues et connaissances, la troisième aux pauvres et aux indigents.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa

PARTAGER
  • C BEAU La FORCE DE l’islam RÉSIDE DANS SON UNITÉ VIVE l’islam