Cameroun – Conseil de cabinet : Philémon Yang préoccupé par l’informatisation du fichier d’Etat civil

Philémon Yang préoccupé par l’informatisation du fichier d’Etat civil | © SPM / Photo d’illustration

C’était lors du conseil de cabinet présidé par le premier ministre hier, le 23 janvier, à Yaoundé.

Adapter le fichier d’état civil à l’ère du numérique. Le sujet été débattu entre les membres du gouvernement. Le premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang, a présidé le conseil du cabinet ce jeudi à l’immeuble étoile à Yaoundé. Parmi les sujets posés sur la table des échanges les perspectives des reformes de l’état civil au Cameroun.

Présent lors de ce conseil, le ministre de la décentralisation et l’administration territoriale, Réné Emmanuel Sadi, invité du poste nationale, a fait savoir que le gouvernement était à la dernière phase de l’informatisation du système du fichier d’état civil. « Dans le programme de réhabilitation du fichier d’état civil, c’est une phase importante mais aussi couteuse. Nous avons eu des offres dans ce sens qui nous viennent d’un certain nombre de sociétés spécialisées dans le domaine. Nous sommes aujourd’hui entrain de rassembler ces offres et nous allons dans les prochains jours lancer un appel d’offre. Nous allons ensuite apprécier et déterminer la société qui s’en chargera. »

Facteur humain

Un travail de fourmis qui va nécessiter une collecte des données fiables dans toutes les régions du pays. En plus de cela  selon Emmanuel Sadi il faudra mobiliser des moyens financiers importants. Le plus important pour lui se trouve au niveau de la moralité du facteur humain habilité à conduire ce processus. « Les officiers, les secrétaires d’état civil que nous désignons sont souvent à l’origine des insuffisances que nous constatons dans le système d’état civil dans la mesure où ils ne sont pas assez conscients de leurs responsabilités dans la véracité des données. »

Engagé depuis 10 ans, la réforme du fichier d’état civil a débuté par une évaluation de la situation.  « Nous nous sommes aperçus qu’il y avait 2700 centres d’état civil  principaux et secondaires. Ensuite il a fallu passer par la formation des acteurs de ce domaine. » Il a été question, par la suite, du domaine de l’acquisition du matériel du registre d’état civil. Le ministre Sadi parle également de « la sensibilisation des populations au fait de l’état civil »

Le bureau national d’état civil a récemment été crée par le président de la république, Paul Biya, pour implémenter le processus d’informatisation. Un moyen qui, d’après Réné Emmanuel Sadi, permettra de crédibiliser le fichier national.

© CAMERPOST par Alain Ghislain Kanga