Cameroun – Concours des inspecteurs de police : Huit personnes suspectes appréhendées – 30/03/2015

Martin Mbarga Nguélé, Délégué général à la sûreté nationale (DGSN). | © DGSN
Martin Mbarga Nguélé, Délégué général à la sûreté nationale (DGSN). | © DGSN

Elles ont été interpelées pendant le concours des inspecteurs de police et présentées vendredi dernier, avant d’être déférées devant le procureur de la République.

Le délégué général à la Sûreté nationale (DGSN) a mis la main sur des personnes ayant fait de l’arnaque leur gagne-pain. Martin Mbarga Nguélé, le patron de la police camerounaise avait mis en garde tous ceux qui oseraient monnayer les places pendant les concours d’entrée à la police. A cette date, il affirmait ainsi que « seuls les candidats méritants réussiront et que les corrupteurs et les corrompus seront punis. » Vendredi dernier justement, huit personnes ont été présentées à la presse, avant leur départ chez le procureur de la République. Il s’agissait des hommes et de femmes civils (parents, opérateurs économiques) mais aussi appartenant au corps de la police. Sans toutefois dévoiler leurs noms, l’on a appris qu’il y a parmi eux, un officier de police et un sergent-chef révoqué. Afin de convaincre ses victimes, l’officier de police se faisait passer pour un commissaire ayant obtenu deux places auprès du DGSN dans le cadre des recrutements en cours. Le sergent-chef révoqué, quant à lui, se présentait comme étant un militaire en service aux renseignements à la présidence de la République et de surcroît, un ami personnel du DGSN.

Ces derniers, à l’exemple des autres personnes interpellées ont ainsi extirpé des sommes d’argent allant de 30 000 à 4 millions de F aux candidats et à leurs parents. Pour l’heure, a expliqué l’officier de police principal Vincent de Paul Meva, représentant le DGSN, « ils sont encore des suspects. Les magistrats diront donc s’il faut les inculper ou non, pour escroquerie et pratique de corruption pour faciliter la réussite de certains candidats». Sur la motivation de leur interpellation, l’homme en tenue a fait savoir qu’ils ne l’ont pas fait par hasard. « Nous avons des indices. Certains ont été arrêtés en flagrant délit». Et la chasse aux arnaqueurs n’est pas terminée à la Délégation générale à la Sûreté nationale.

Source : © Cameroon Tribune

Par Monda Bakoa

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz