Cameroun – Commune de N’Gaoundéré 1er : le receveur municipal en prison

Une vue de la prison centrale de Ngaoundéré | DR
Une vue de la prison centrale de Ngaoundéré | DR

Il est accusé de détournement des deniers publics et de falsification de signatures.

Aux motifs d’imitation des signatures, de détournement des deniers publics et d’autres actes mafieux, Aboubakary Mohamadou, l’ex receveur de la commune d’arrondissement de Ngaoundéré 1er, séjourne à la prison centrale de Ngaoundéré depuis le 14 décembre 2015. En cavale, il a été rattrapé par la police quand il a refait surface en ville pour assister au mariage de son frère cadet. Dans un restaurant de la place, les hommes à ses trousses l’ont soustrait de la foule dans une discrétion absolue et l’ont immédiatement conduit à la prison centrale de Ngaoundéré sans avoir été entendu par la division régionale de la police judiciaire.

En effet, outres les précédentes plaintes déposées contre lui devant les juridictions compétentes, un dernier acte a poussé le receveur à la porte de la mairie. Ainsi, le 22 juin 2015, les employés de la commune ont déposé une plainte contre Bobbo Salihou, le maire de la municipalité, auprès du délégué régional du travail et de la sécurité sociale de l’Adamaoua. Les collaborateurs du maire revendiquaient en ce temps-là, six mois d’arriéré de salaire. De son audition chez l’inspecteur du travail, il ressort que le receveur a utilisé à ses fins 117 millions de Fcfa représentant 7 mois de salaire du personnel.

Deux jours après cette audition, c’est la police qui se charge de l’affaire. Les auditions d’Aboubakary Mohamadou s’enchainent. En septembre dernier, le tout-puissant receveur de la mairie de Ngaoundéré 1er abandonne son poste de travail. Par la même circonstance, il quitte la ville de Ngaoundéré pour une destination jusque-là inconnue. Les autorités administratives sont saisies par le maire. Instantanément, une enquête administrative est donc ouverte. En octobre 2015, il est relevé de ses fonctions. Depuis, il est recherché par la police judiciaire. Son apparition en public le 14 décembre dernier lui sera ainsi préjudiciable. La comparution de ce dernier est vivement attendue par les habitants de la ville de Ngaoundéré et par les autorités administratives locales.

Source : © L’Oeil Du Sahel

Par JEAN AKOUM AMIRI

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz