Cameroun – Commercialisation illicite de diamant centrafricain : le gouvernement réfute les accusations

Ernest Gbwaboubou reçoit les experts internationaux du Processus de Kimberley (PK) | Ph. © CT

Le ministre en charge des Mines a reçu hier aux experts internationaux du Processus de Kimberley en séjour dans le pays.

Pour le secrétaire national permanent du Processus de Kimberley, Kisito Mvogo, le Cameroun n’a rien à voir avec la commercialisation illicite des diamants provenant de la Centrafrique. Il l’a déclaré hier à l’issue de l’audience que le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt), Ernest Gbwaboubou a accordée aux experts internationaux du Processus de Kimberley (PK). En effet, l’audience se tient au lendemain de la publication le 2 décembre dernier, d’un rapport de l’organisation Partenariat Afrique Canada intitulé : Du conflit à l’illégalité : Cartographier le commerce des diamants de la République centrafricaine au Cameroun. Ledit rapport affirme que le Cameroun sert de points d’entrées aux diamants de conflit provenant de la RCA pour les marchés internationaux. « En franchissant les frontières pour pénétrer la chaine d’approvisionnement légale en raison de ses faibles contrôles. Le document souligne aussi des lacunes dans les procédures de traçabilité du Cameroun créant des possibilités de contrebande et de corruption ».

Concernant la visite des experts du PK qui va du 5 au 10 décembre, elle est la première du genre au Cameroun. Leur séjour sera meublé d’ateliers organisés avec le ministère en charge des Mines et les autres administrations partenaires. Des descentes sur le terrain dans les zones et sites de production de diamants, notamment dans la région de l’Est du Cameroun sont programmées. Une évaluation des activités du système est également prévue à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen avec les acteurs économiques à l’instar des artisans miniers, les collecteurs, les bureaux d’achats ainsi que la société civile.

Par ailleurs, la mission de contrôle a été mise sur pied afin de s’assurer de la conformité des pays participants aux exigences du Processus de Kimberley. « Il s’agit d’une procédure capitale du PK qui donne lieu à une évaluation complète de chaque pays-membre », ajoute le secrétaire national permanent. On note que le Cameroun qui a été admis à cet observatoire international depuis le 14 aout 2012 se soumet pour la première fois à cet exercice.

Source : © Cameroon Tribune

Par Josy MAUGER