Cameroun : Comment réduire les coûts des Examens du CEP et du FSLC ? – 29/04/2015

Comment réduire les coûts des Examens du CEP et du FSLC ? | Photo d'illustration
Comment réduire les coûts des Examens du CEP et du FSLC ? | Photo d’illustration

Les responsables des services déconcentrés du Minedub sont outillés à ce sujet depuis hier à Yaoundé. C’est clair, les examens du Certificat d’études primaires (CEP) et du First School Leaving Certificate (FSLC) connaissent un déficit financier. Selon Meka Abessolo, sous-directeur des examens et concours au ministère de l’Education de base (Minedub), les dépenses sont supérieures aux recettes. C’est pour cette raison que le chef de l’Etat conscient de cette situation, a accordé une première tranche d’un milliard de F pour éponger les arriérés. « Le montant de cet endettement se chiffrant à cinq milliards de F pour une durée de cinq ans à raison d’un milliard de F par an », confie Meka Abessolo. Pour éviter une telle accumulation d’arriérés chaque année, le Minedub, Youssouf Hadidja Alim, a instruit l’inspection générale (IGE) des enseignements de son département ministériel de regrouper les disciplines aux examens. Ceci, afin de réduire les coûts induits par les corrections parce qu’il y avait trop de copies à corriger.

Pour cette nouvelle organisation des examens, les collaborateurs  ont besoin de s’arrimer à la nouvelle donne parce que chargés de la mise en œuvre de ce nouvel agencement. C’est dans cette optique qu’un atelier de renforcement des capacités des responsables des services déconcentrés aux modalités techniques d’organisation des examens et concours se tient depuis hier à la salle de conférences du Minedub sous la houlette de Mme Itoe Mispa, IGE du Minedub. En plus de maîtriser les dépenses, il est question de faire des rappels à l’ordre à toutes les chaînes sur les différents principes qui sous-tendent la supervision des examens sur le terrain. Le but étant d’harmoniser et d’évaluer les candidats sur le même pied d’égalité. Les travaux s’achèvent ce jour.

Source : © Cameroon Tribune

Par Assiatou NGAPOUT