Cameroun – Climat des affaires : ce qu’il faut privilégier

Ce qu’il faut privilégier dans le climat des affaires au Cameroun | Ph. © CT

Réforme foncière, tribunaux de commerce, compte séquestre pour le remboursement des crédits Tva, etc. proposés par le privé au Cameroon Business Forum.

Un taux de mise en oeuvre des recommandations qui se situe autour de 72%. Donnée fournie hier, 13 mars, par Christophe Eken, prenant la parole au nom du secteur privé à la 8e édition du Cameroon Business Forum (Cbf) ouvert à l’hôtel Sawa de Douala par le Premier ministre, chef du gouvernement Philemon Yang, avec pour thème : « Accroître la compétitivité de l’économie à travers la facilitation du commerce extérieur ». Bien que les opérateurs économiques se félicitent de cette statistique, ils constatent son faible impact sur le classement du Cameroun au Doing Business. Lequel classement, a rappelé M. Eken, « permet de jauger la dynamique des réformes touchant le climat des affaires. » Manifestement, les choses peuvent encore s’améliorer. Différentes interventions et suggestions enregistrées hier au Sawa confortent cette option. Sans nier les avancées obtenues au fil des ans, les opérateurs économiques estiment qu’il faut franchir un palier. « Depuis quelques années, les efforts accomplis ne nous permettent plus de décoller dans le classement [Doing Business, Ndlr] et ce malgré l’assistance de la Banque mondiale », a relevé Christophe Eken.

Au sein de la communauté des affaires, on estime que la situation commande d’agir plus vite, « en adoptant et en appliquant des réformes courageuses ». Notamment : la réforme foncière, avec un accent sur la facilitation de l’accès à la terre pour les investisseurs, surtout dans l’agro-industrie ; la mise en place d’un compte séquestre dédié au remboursement des crédits de Tva ; la mise en place des voies de paiement électronique dans les centres divisionnaires des impôts ; la création des tribunaux de commerce ; la dématérialisation des procédures de passation des marchés publics, etc.

Les améliorations doivent également toucher au commerce extérieur. « Un pays émergent se caractérise d’abord par une augmentation sensible de ses exportations. La facilitation du commerce extérieur améliore le climat des affaires, en permettant aux entreprises locales d’exporter, et du capter des devises dont le pays a besoin pour son développement », dira un responsable de mouvement patronal à CT, au terme de la cérémonie d’ouverture. Ces préoccupations trouvent un écho côté pouvoirs publics. « L’amélioration du climat des affaires est un des axes que notre pays privilégie pour stimuler la croissance économique et relever le niveau de vie des populations (…) Une clé permettant de relever de nombreux défis », dira le Premier ministre. Philemon Yang a redit « la ferme détermination du gouvernement » à améliorer ledit climat. Il a cité, comme réformes les plus récentes : la réduction des délais d’obtention du permis de construire ; la procédure de conciliation de l’Ohada, pour les entreprises en difficultés financières ; la promulgation de la loi fixant le capital social minimum et les modalités de recours aux services du notaire dans le cadre de la création d’une Sarl, et la signature de son décret d’application. « Les efforts menés par le gouvernement ont un objectif : faciliter la création et le développement des entreprises privées, les rendre plus compétitives, afin de susciter la croissance économique et la multiplication des emplois », a ajouté le Premier ministre. Soulignant qu’il appartenait aux opérateurs économiques de tirer profit des mesures prises et travailler à la création d’entreprises viables.

Source : © Cameroon Tribune

Par Alliance NYOBIA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz