Cameroun – Circulation : trop de pannes subites de camions sur nos routes ! – 10/03/2015

Un camion de transport de marchandises sur une route camerounaise. RFI/Sarah Sakho
Un camion de transport de marchandises sur une route camerounaise. | RFI/Sarah Sakho

La circulation souvent perturbée par des engins brusquement arrêtés qui en rajoutent aux embouteillages.

Comme s’il l’avait fait exprès, le camion qui remorque deux conteneurs s’est arrêté pile au premier carrefour qui suit le rond-point de Deïdo, sur le boulevard de la Réunification. Il est d’autant plus mal placé que la prochaine rue est un sens interdit pour ceux qui veulent traverser le quartier pour rallier Akwa, vers le sud de la ville. Résultat : depuis lundi 2 mars 2015, les policiers affectés à la circulation dans la zone s’arrachent les cheveux pour diriger les automobilistes dans des embouteillages qui ont pris un peu plus d’ampleur, à en croire l’un d’eux.

Comme ce mastodonte de la route, les gros porteurs tombent souvent en panne dans les rues de Douala. Plus encombrants que les berlines ou les pick-up dans la même situation, les camions en difficulté « bloquent » facilement sur les montées. Exemples : l’intersection de Bonabassem et Akwa-Nord, les sommets de la vallée de Bessengue et en l’espèce la toute petite pente des Trois-Boutiques. Quand le chemin n’est pas escarpé, l’on cale aussi quand même. Les rues de Bépanda, New Bell ou Bassa vivent parfois les déboires des camions plein de marchandises qui s’immobilisent de manière inopinée. Au grand dam des usagers les plus modestes de la route.

Pour la ville, le sujet n’est pas le plus gros problème de la circulation automobile, dès lors « qu’on ne peut pas prévoir assurément la panne ». Ces événements fortuits deviennent préoccupants quand la voiture qui ne roule plus traîne sur les lieux de l’incident. Ou encore quand les riverains se plaignent et craignent pour leur sécurité, précise notre source municipale. Le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, Fritz Ntone Ntone, a cependant annoncé le mois dernier le renforcement de la flotte de remorqueuses pour débarrasser la voirie d’embarras sur la voie publique.

Si la panne arrive sans crier gare, la sanction est-elle bien prévue comme occupation non autorisée de l’emprise de la route. Règlementation de l’usage de la voie publique prescrite par la loi de 1996 sur la protection du patrimoine routier national.

Source : © Cameroon Tribune

Par Jean Baptiste KETCHATENG

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz