Cameroun – CIRCB : des examens biologiques à bas prix

Des examens biologiques à bas prix au CIRCB | Ph. © CT

Le test de résistance du VIH aux antirétroviraux par exemple est passé de 100 000 F à 10 000 F depuis quelques mois dans ce centre.

Au Centre international de référence Chantal Biya pour la recherche sur la prévention et la prise en charge du Vih/Sida (CIRCB) au quartier Melen à Yaoundé, il se dit d’emblée que c’est une nouvelle contribution de la première dame du Cameroun, ambassadrice spéciale de l’Onusida à la lutte contre cette pandémie. Engagée sur plusieurs fronts pour alléger les souffrances des Camerounais, l’épouse du chef de l’Etat, à travers ce centre vient à nouveau d’ouvrir une brèche pour faciliter le suivi biologique des porteurs du virus du Sida. Ceux qui étaient obligés de s’endetter ou de quémander pour rassembler 100 000 F pour le test de résistance du Vih aux antirétroviraux par exemple, n’ont plus qu’à débourser 10 000 F seulement. L’examen de la charge virale lui se fait à 5000 F. La numérotation lymphocytaire à 2500 F. Les laboratoires du CIRCB sont ouverts tous les jours à cet effet. Mais n’étant pas un hôpital, le Centre ne reçoit pas spontanément les malades. Ce sont les médecins qui les envoient au regard de leurs signes cliniques. Lorsque la charge virale d’un malade est indétectable, la personne n’a pas besoin de test de résistance, affirme un expert.

L’opération entamée sans tambours ni trompettes en juillet 2016 commence à porter des fruits. Avec trois ou quatre malades par mois à l’époque de 100 000 F, le CIRCB reçoit actuellement 20 à 30 patients par mois et espère en accueillir davantage. A en croire une source bien introduite, il était important pour l’institution de baisser les prix parce qu’à 100 000 F, les tests étaient inaccessibles à la majorité des patients. Il ajoute également que des laboratoires qui soustraitaient avec le CIRCB continuent à prendre 100 000 F aux malades pour reverser 10 000 F au CIRCB. « L’impact de service public que nous voulions assurer n’était pas atteint. Il était important que nous passions l’information au public pour que les patients viennent se faire prélever au CIRCB. Au lieu d’aller débourser 100 000 F dans les laboratoires privés », explique notre source.

Et pour cela, la structure, sous l’impulsion de son directeur, le Pr. Alexis Ndjolo a mis en place un dispositif exceptionnel pour réponde à cette demande, à côté de la recherche que le centre mène au quotidien sur la prévention et la prise en charge des personnes affectées par le Sida. Trois laboratoires sont mis à contribution pour ces examens et le CIRCB envisage dans la même optique augmenter son plateau technique. Car grâce à un bon suivi biologique, les malades ont des traitements adaptés et efficaces leur permettant de vivre longtemps.

Source : © Cameroon Tribune

Par Elise ZIEMINE NGOUMOU

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Cameroun – CIRCB : des examens biologiques à bas prix"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Durin Mekamou

Dans d’autre pays sais gratuit,aux Cameroun il faut payer quel honte

Olobo Thomas

Si c’était gratuit dans tous les pays, c’est cela la honte. Apprenons à apprécier positivement ce qui est fait. Le Centre Pasteur du Cameroun est un organisme du pays que nous tous connaissons. Allez-y voir à quel prix le Test de résistance du VIH y est offert.
En tout cas, les PVVIH souffleront un peu. Belle initiative du CIRCB

wpDiscuz