Cameroun – CHRACERH : Chantal Biya inaugure le centre de Reproduction humaine

Chantal Biya inaugure le centre de Reproduction humaine (CHRACERH) | © PRC
Chantal Biya inaugure le centre de Reproduction humaine (CHRACERH) | © PRC

En inaugurant vendredi dernier le Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine, Mme Chantal Biya a recommandé au personnel de travailler toujours avec dévouement au service de la vie.

Les couples et plus généralement les Camerounaises ayant des difficultés de procréation trouveront désormais à Yaoundé, au quartier Ngousso, une structure hospitalière dédiée et attentive à leurs problèmes. Elle s’appelle le centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine, en abrégé C.H.R.A.C.E.R.H. C’est Mme Chantal Biya, la marraine de cette structure hospitalière, qui l’a inaugurée vendredi dernier devant un parterre de hautes personnalités membres du gouvernement, des représentants du corps diplomatique, des autorités administratives, traditionnelles et religieuses, des invités spéciaux, des populations du quartier Ngousso. Une inauguration rythmée par la chorale de l’université de Yaoundé II-Soa, sous les applaudissements nourris et les cris de joie des femmes dont l’espoir de maternité pour toutes est désormais ravivé.

La cérémonie a commencé peu après 12H, avec l’arrivée de la première dame sur la cour fleurie de l’hôpital où les personnalités chargées de l’accueillir avaient déjà pris place. Remise d’un bouquet de fleurs à la première dame. Après l’exécution de l’hymne national et la remise de décorations à neuf récipiendaires, trois allocutions ont précédé le discours de la première dame. Dans son style caustique, le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé, Gilbert Tsimi Evouna, a prononcé le mot de bienvenue. S’adressant à Mme Chantal Biya, il a relevé que ce fleuron médical est le fruit de son engagement personnel, une ouverture qui donne l’espoir de perpétuation à de nombreuses femmes, à de nombreux couples. Des exploits qui n’étaient possibles qu’à l’étranger le sont désormais ici, di-il. Et de porter son propre témoignage suivant vécu par lui lors d’une visite dans cet hôpital : « J’ai personnellement vu et je crois avoir bien vu, une femme de 52 ans en attente d’accoucher ». Son souhait : la bonne maintenance.

Dans une envolée littéraire et scientifique pleine d’emphase, d’émotions et de souvenirs, le Pr Jean Marie Kasia, administrateur-directeur général de cet hôpital a salué cette œuvre du couple présidentiel, « couple-phare, couple mythique » qui traduit sa vision humaniste dont l’action aura un impact profond sur la société. Au nom du personnel, il leur a exprimé une reconnaissance incommensurable. Il a également dit merci à tous les partenaires et aux voisins, à savoir les populations de Ngousso. Il a présenté la structure depuis sa gestation, son évolution historique et scientifique, son organisation administrative et médicale actuelle.

Le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda a loué l’engagement personnel de la première dame pour soulager les souffrances des femmes en difficulté d’enfanter. Il l’en a remerciée au nom de toute la famille de la santé au Cameroun. Il s’est ensuite attaché, chiffres à l’appui, à montrer les succès de la politique sanitaire du président Paul Biya pour qui la santé des Camerounais est une priorité. A l’indépendance, le Cameroun comptait l’hôpital Laquintinie créé en 1931 et l’hôpital central de Yaoundé créé en 1933.  Dès 1980 se sont ajoutés le CHU (1981), les hôpitaux généraux de Yaoundé (1987) et de Douala (1988). La dynamique s’est poursuivie et le Cameroun compte aujourd’hui près de 2500 formations sanitaires publiques.

Dès l’entame de son discours, la première dame s’est dite émue et touchée en prenant la parole en qualité de marraine du C.H.R.A.C.E.R.H. Elle a salué la décision du chef de l’Etat de créer ce centre qui représente un espoir de poursuivre la chaîne de la vie et l’en a remercié au nom des femmes, des futures mamans. Elle a dit son appréciation et son admiration pour les médecins et les personnels et leur a recommandé le dévouement au service de la vie. Avant la coupure du ruban symbolique et la découverte de la plaque commémorative, les chefs traditionnels de Ngousso et de Soa ont offert un cadeau au couple présidentiel, en reconnaissance à son immense œuvre. Après la visite guidée du centre, Mme Chantal Biya, ovationnée par les populations, a serré avec sourire de multiples mains tendues vers elle. La cérémonie s’est achevée par une photo de famille.

Source : © Cameroon Tribune

Par ESSAMA ESSOMBA

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun – CHRACERH : Chantal Biya inaugure le centre de Reproduction humaine"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Kameni

je suis étudiante (Physiologie de la reproduction) , j’aimerais avoir des chiffres, prévalence et incidence des troubles de la fonction de reproduction et/ou sexuelle chez les camerounais. Est ce possible d’avoir ce type d’information au CHRACERH? si oui, pouvez vous me donner une adresse?un contact?

wpDiscuz