Cameroun – CHRACERCH : un cadeau du couple présidentiel

Le CHRACERCH, un cadeau du couple présidentiel | © PRC
Le CHRACERCH, un cadeau du couple présidentiel | © PRC

Le Centre hospitalier de recherche et d’application de chirurgie endoscopique et reproduction humaine est le fruit de l’implication personnelle du chef de l’Etat et de son épouse.

Au commencement, une idée de la première dame du Cameroun, Chantal Biya.

L’épouse du chef de l’Etat a toujours voulu offrir aux Camerounais un hôpital pouvant donner des enfants aux couples rencontrant des difficultés de procréation. Et petit à petit, ce rêve a pris corps.  Les premiers pas sont marqués à l’Hôpital général de Yaoundé. Ensuite, au sein de Fondation Chantal Biya, la première dame du Cameroun intègre ce volet dans son nouveau dispositif d’amélioration de la santé maternelle et infantile précisément. Le Centre de chirurgie endoscopique et de reproduction humaine y fonctionne comme démembrement, avant que l’épouse du chef de l’Etat, ne décide d’ouvrir une nouvelle page : développer la structure et l’installer dans ses propres infrastructures. Mme Chantal Biya matérialise l’idée le 1er décembre 1999, en posant la première pierre du Centre de chirurgie endoscopique et de reproduction humaine, au quartier Ngousso à Yaoundé.

C’est le coup d’envoi d’un projet d’envergure nationale et internationale. Les travaux de constructions démarrent en 2010. Et en dehors de cet aspect infrastructurel, celle qui deviendra ambassadrice de bonne volonté de l’Unesco et ambassadrice spéciale de l’Onusida contacte également des scientifiques de renoms à l’instar du Pr. Maurice Antoine Bruhat, ancien doyen de la Faculté de médecine de Clermont Ferrand et membre de l’Académie française de médecine. Ceci, pour que son nouveau Centre bénéficie d’une technologie de pointe et d’une capacitation de ces ressources humaines en chirurgie endoscopique ou en matière de procréation médicalement assistée. Et l’année suivante, 2011 précisément, l’initiative de la première dame effectue un bond en avant. Elle reçoit l’onction du président de la République. Paul Biya donne à la structure un statut d’hôpital de référence. Il signe un décret qui crée et organise le Centre hospitalier de recherche et d’application de chirurgie endoscopique et reproduction humaine (CHRACERH). Cet acte présidentiel érige le Centre en établissement administratif de type particulier, doté de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. La structure est placée sous la tutelle des ministères de la Santé publique et des Finances. Le Centre est habilité à mener des activités de recherche en matière endoscopique et de dispenser des soins de santé de haut niveau, dans les domaines de la chirurgie endoscopique, de la reproduction humaine, de la sénologie plastique et reconstructive…

L’amour d’une mère et d’un père, soucieux du bonheur de tous les couples a pris de l’envergure. C’est ainsi d’année en année que le couple présidentiel dote le Cameroun d’un grand hôpital de référence, dédié à la femme, à tous les âges, de la puberté à la ménopause, en passant par la période de fécondité. A l’inauguration du CHRACERH justement, Mme Chantal Biya a réaffirmé que « la santé des Camerounais et particulièrement celle des femmes et des enfants a toujours été au cœur de mes préoccupations. » L’occasion de remercier le chef de l’Etat, son excellence Paul Biya, et de lui exprimer la gratitude de tous les couples et tous les futurs parents. Car c’est une bataille de plus, remportée dans son combat contre les souffrances. Le CHRACERH, cadeau du couple présidentiel, vient ainsi redonner espoir aux couples stériles, en leur ouvrant les portes d’un bonheur incomparable, celui d’être père ou mère.

Source : © Cameroon Tribune

Par Elise ZIEMINE