Cameroun : la China Camc Engineering construira l’usine de pied de Lom Pangar pour un montant de 30 milliards FCFA

Visite du chantier de Lom Pangar par le Dr Théodore Nsangou, le directeur général de EDC, en mai 2014 Archives / © EDC
Visite du chantier de Lom Pangar par le Dr Théodore Nsangou, le directeur général de EDC, en mai 2014 Archives / © EDC

L’entreprise China Camc Engineering Co a été retenue pour la construction de l’usine de pied du barrage hydroélectrique camerounais de Lom Pangar, situé à quelque 600 kilomètres à l’Estdu Cameroun, pour un montant évalué à 30 milliards FCFA, selon le directeur général de l’entreprise de patrimoine Electricity Development Corporation (EDC), Théodore Nsangou.

Voici peu l’on apprenait que l’offre de prestation l’espagnol Elecnor, également en course pour la réalisation de cette infrastructure, était jugée «non conforme pour l’essentiel au plan technique» avec des conditions financières de plus de 55 milliards FCFA.

«La signature du contrat relatif à cette infrastructure interviendra dans quelques jours, et l’usine de pied doit être terminée d’ici décembre prochain», a précisé à APA M. Nsangou.

Cet ouvrage, a-t-il expliqué, d’une capacité de production de 30 mégawatts, sera logé en dessous du barrage principal dont le taux d’avancement est de 96%, et qui est construit par China International Water Electric Corporation (CWE).

Concomitamment, la conception, la fourniture, le montage et la mise en service de la ligne de transport d’électricité devant desservir environ 150 localités de la région de l’Est ont été confiés au français Cegelec, filiale de Vinci Energies pour un montant de 9 milliards FCFA.

Le barrage de Lom Pangar, actuellement l’un des plus grands chantiers du pays, est réalisé, hormis l’apport financier de l’Etat du Cameroun, grâce à la Banque mondiale (BM, 66 milliards FCFA), la Banque européenne d’investissement (BEI, 19,7 milliards FCFA), la Banque africaine de développement (BAD, 33 milliards FCFA), la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC, 20 milliards FCFA) et l’Agence française de développement (AFD, 39,3 milliards FCFA).

© CAMERPOST avec © APA