Cameroun – Chantier naval et industriel du Cameroun : un ingénieur expérimenté aux commandes – 07/05/2014

Forgwei Mbeng, le nouveau Dg, a servi l’Etat pendant une trentaine d’années à de nombreux postes.

Siège du Cnic à Douala.
Siège du Cnic à Douala.

C’est à un ingénieur de Génie civil, spécialisé en géotechnique, que les rênes du Chantier naval et industriel du Cameroun (Cnic) ont été confiées le 6 mai dernier. Alfred Forgwei Mbeng, bientôt 56 ans (il est né le 20 septembre 1958 à Nso), nommé directeur général de l’entreprise à l’issue d’un conseil d’administration extraordinaire tenu ce mardi à Douala, a notamment fait ses classes à l’Ecole nationale supérieure des Travaux publics (Enstp, annexe de Buea), à l’université de San Diego aux Etats-Unis et à celle de Lagos. Après deux années passées comme stagiaire en formation, il intègre la Fonction publique en juillet 1980.

Commence alors une carrière qui le conduira à de nombreux postes, dont ceux de chef de projet à la Direction générale des Grands Travaux (1995-1998), directeur de l’annexe de l’Enstp (1993-2004), conseiller technique n°2 au ministère des Travaux publics (2004-2007), et notamment de directeur de la Construction dans le même ministère (de 2007 à 2013, année de son départ à la retraite). Alfred Forgwei Mbeng, par ailleurs ingénieur des techniques industrielles hors échelle, est également le secrétaire général de l’Ordre national des ingénieurs de Génie civil du Cameroun. Il vaquait à cette activité et donnait aussi « quelques consultations » quand il a été nommé Dg du Cnic.

« Je remercie Dieu. C’est lui qui trace le trajet de chacun, et ce trajet passe par des hommes. Je remercie le chef de l’Etat, que nous avons le devoir d’accompagner dans son grand chantier pour le Cameroun », a confié Alfred Forgwei Mbeng à CT hier à Douala. L’homme, qui devrait être installé ce jeudi 8 mai dans ses nouvelles fonctions, semble serein. « Rien n’est facile. Pour moi, il n’y a pas de tâche aisée. Mais Dieu ne peut pas vous donner une charge sans vous donner les moyens de la remplir », ajoute-t-il. Le nouveau Dg compte, dans un premier temps, « voir l’état des lieux ». Ensuite « avec mon équipe, nous allons tracer un plan d’action, selon les instructions que la hiérarchie nous donnera. » Forgwei Mbeng attend de ses nouveaux collaborateurs qu’ils se donnent. « Que les gens travaillent. C’est tout ce que j’attends, et rien d’autre », lâche ce chef de famille, marié et père de quatre enfants.

Source : Cameroon Tribune

Par Alliance NYOBIA