Cameroun – Assemblée générale : fin d’exercice en apothéose du Cerac

Cerac, fin d’exercice en apothéose | Ph. © CT

La 24e assemblée générale, tenue vendredi dernier en présence de la présidente-fondatrice, Mme Chantal Biya, a été un grand moment de communion.

Dame pluie, malgré sa lourde insistance, n’a pu rien y faire. Ni l’épouse du chef de l’Etat, Mme Chantal Biya, debout, applaudissant à tout rompre, ni la Coordinatrice générale du Cercle des amis du Cameroun, Mme Linda Yang, et les autres membres se trémoussant sur la piste de danse ; ni l’artiste Tata Kingue exécutant avec maestria des rythmes traditionnels bakweri, n’avaient cure de cette invitée surprise. Comme pour braver l’insolente, ces dames se sont ruées sur la piste sous les sonorités des artistes OB Jazz, Eriko, Pasto, Messi Ambroise, Ben Decca, Nkotti François, Nguea Laroute, Abanda Kyss Kyss… tout aussi engagés. L’Ivoirienne Nayanka Bell, passée quelque temps avant eux, a bénéficié d’un temps plus clément. Il aurait donc fallu beaucoup plus qu’une averse pour décourager les membres du Cerac venus, à leur assemblée générale annuelle, avec de nombreuses raisons de célébrer.

« Pendant plus de 20 ans, le Cerac a aidé le gouvernement, la société civile et les communautés locales à réduire la pauvreté, les souffrances et à promouvoir la santé, l’éducation et le développement ». Dixit Linda Yang, la Coordinatrice générale. Avant de clôturer l’année en beauté par un déjeuner-spectacle offert par la première dame, l’association a tenu ses travaux en matinée. Au siège de l’institution sis au quartier administratif à Yaoundé. L’on y a appris que par son action, « le Cerac est devenu un symbole d’espoir pour les pauvres ».

Ainsi, durant l’année 2016, l’association caritative a honoré ses traditionnels engagements relativement notamment à l’assistance multiforme aux personnes vulnérables : malades de la lèpre, personnes âgées, personnes handicapées, victimes de catastrophes, orphelins. Des écoles et formations sanitaires ont aussi été construites ou réhabilitées et équipées. De même que des dons de matériels et intrants agricoles remis aux femmes et jeunes ruraux, pour renforcer leurs capacités en tant qu’agents de développement. Et comment oublier, entre autres, les forages d’eau potable aménagés en zone rurale ou les matériels didactiques offerts à des milliers d’élèves à travers le pays ?

L’association regrette cependant de n’avoir pu aller jusqu’au bout de ses ambitions, en raison de certaines contingences. « Pour donner plus de chance aux projets l’année prochaine, nous devons éviter les retards d’exécution constatés cette année […] Malgré que nous avons accompli de grandes œuvres, beaucoup reste à faire […] Tous nos projets, ceux inachevés en 2016 inclus, doivent être bouclés rendu à Juin 2017 », a martelé la coordinatrice générale. Clair donc que l’institution va poursuivre ses missions habituelles. En attendant d’y être, les membres ont été félicités pour leur engagement et les résultats obtenus. Et l’épouse du chef de l’Etat a offert des cadeaux à toutes, ainsi qu’à ses petits pupilles, enfants vulnérables. Avant de boucler par la boucle, comme chaque année.

Source : © Cameroon Tribune

Par Yvette MBASSI

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz