Cameroun : La centrale hydroélectrique de Song Loulou (Littoral) va subir une cure de jouvence

Basile Atangana Kouna sur les chantiers de Songloulou | © ENEO / Illustration
Basile Atangana Kouna sur les chantiers de Songloulou | © ENEO / Illustration

La centrale hydroélectrique de Song Loulou (Littoral) au Cameroun, d’une puissance de 388 Mégawatts (MW) va subir une cure de jouvence dans le cadre du programme triennal des travaux de réhabilitation.

Un budget de 16 milliards de FCFA a été débloqué pour ce chantier.

« Ces travaux ont vocation à donner une nouvelle jeunesse à la centrale de Songloulou aujourd’hui âgés de 35 ans, de sorte qu’elle puisse encore servir pour 50 ans. Les travaux vont de la mise en place d’un système d’auscultation à la réparation et au traitement des fissures en passant par la réhabilitation de la vannerie et des systèmes de batardage, etc. », indique une source proche de l’entreprise.

Ces travaux seront exécutés par la société Energy of Cameroon (ENEO) concessionnaire du service public d’électricité du Cameroun, contrôlée par le fonds d’investissement britannique Actis.

« Le programme triennal est avant tout destiné à la sécurisation de l’ouvrage de Songloulou, compte tenu des dégradations constatées sur son génie civil, il était urgent d’intervenir pour éliminer le risque d’écroulement de l’ouvrage », explique une source proche de l’entreprise.

D’après la direction technique, « certes, il y a au passage des impacts sur le plan opérationnel, notamment pour ce qui est des manœuvres sur les vannes et batardeaux, mais il faut dire que sur le plan de la qualité de service, son impact sera peu visible ».

Dans le cadre de l’avenant n°2 du contrat de concession signé en août 2015, ENEO s’est engagé à sécuriser l’aménagement hydroélectrique de Song Loulou pour un coût de 11 milliards de francs CFA.

En outre, l’entreprise réalise des travaux additionnels pour un montant de 4,7 milliards de francs CFA, afin de fiabiliser l’exploitation de cet ouvrage.

Par © CAMERPOST