Cameroun – Catastrophe ferroviaire : des « voitures chinoises » pas compatibles?

Plusieurs wagons avaient glissé dans le ravin. | © RFI/Anne Cantener
Plusieurs wagons avaient glissé dans le ravin. | © RFI/Anne Cantener

Il y a une semaine, le déraillement d’un train de voyageurs entre Yaoundé et Douala, au Cameroun, choquait tout le pays. L’accident a été dramatique : il a fait 79 morts et 600 blessés. Retour sur cette journée grâce à des propos recueillis à Eséka, la ville où s’est produit l’accident, et à Douala.

De notre envoyée spéciale à Eséka,

« C’était mon premier voyage en train. » Brice a 20 ans et s’il a pris le train ce jour-là, c’est parce qu’un pont s’était effondré sur la route entre Yaoundé et Douala. Des centaines de personnes avaient fait le même choix que lui. « Arrivé à la gare, c’était saturé. Trop de personnes… On aurait dit que toute la ville était là-bas », raconte-t-il.

La compagnie Camrail, qui exploite les chemins de fer, décide alors d’ajouter des wagons. Le train quitte Yaoundé avec 17 voitures, huit de plus que d’habitude. Aujourd’hui, cette décision suscite de nombreuses critiques mais pour le groupe Bolloré, l’actionnaire majoritaire de Camrail, la procédure n’a rien d’anormal.

Le président de Bolloré Africa Railways, Eric Melet, explique : « Il n’y a aucune ambiguïté là-dessus, c’est tout simplement Camrail, comme il le fait systématiquement pour des trains de marchandises ou pour des trains de passagers, qui a dit : ” Voilà, compte tenu de la demande, on forme le train de telle et telle manière “. » Et d’ajouter :

accident_ferroviere_cameroun_hommage_victimes« L’information a été donnée au ministère des Transports, qui, à ce moment-là, a dit : ” Ah ben oui, la solution proposée, le nombre de places proposées, est une bonne chose “. Ça n’a eu lieu que parce que le ministère compétent se préoccupait, à juste titre, du transport des Camerounais entre Douala et Yaoundé. En temps normal, Camrail procède à l’ajustement de ses trains, du nombre de wagons, etc. sans en parler particulièrement au ministère des Transports. »

Lire la suite à © RFI >>

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz