Cameroun – Catastrophe ferroviaire d’Eséka : Ces rapports qui accusent Camrail

Ces rapports qui accusent Camrail | © REUTERS/Josiane Kouagheu

Quatre travaux d’experts ayant quelques nuances s’accordent sur ce point.

« La catastrophe est donc totalement imputable à la société Camrail (Cameroon Railways, ndlr) et à ses dirigeants au plus haut sommet de la hiérarchie », voilà la conclusion d’un expert ferroviaire. D’après son rapport, il a été désigné le 11 novembre dernier pour éclairer l’enquête conjointe police-gendarmerie mise sur pied par le procureur général près la cour d’appel du Centre dans le cadre des investigations portant sur la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 dans la localité d’Eséka (Nyong et Kelle).

Les descentes sur le lieu de l’accident, l’exploitation des documents (carnets de bord) et les entretiens avec les personnes concernées (responsables de Camrail, passagers, conducteur et conducteur adjoint du train de voyageurs N° 152), de l’équipe dirigée par le professionnel ayant requis l’anonymat ont également permis de constater de nombreuses anomalies.

Norme technique universelle

L’examen de la voie ferrée Minloh Maloume-Eséka révèle que la norme technique universelle actuelle recommandant quatre attaches par traverse (sur les rails), n’a pas été respectée. Le rapport de 20 pages indexe également, le freinage rhéostatique (ralentir électriquement le moteur) qui était hors service depuis plusieurs mois, la formation d’un convoi surchargé en violation du tonnage et des capacités prescrites; la composition de la rame avec adjonction de voitures ayant parcouru plus de 600 Km, sans vérification fiable de leur état en site approprié par les services compétents et la non prise en compte par la direction technique de Camrail, des réserves émises par les conducteurs sur les défaillances des matériels roulants.

Défaillances techniques

Les neuf points abordés dans la conclusion d’enquête de l’expert suscité, vont pratiquement dans le même sens qu’un autre rapport dont la quintessence a été rendue publique le 27 novembre dernier. « La commission a fait le constat des défaillances techniques du train 152, dont les freins n’ont visiblement pas bien fonctionné à l’approche de la gare d’Eséka […] », rapporte un confrère, ayant pris connaissance de l’un des quatre rapports instruit par le procureur pour en savoir plus sur les causes de cet accident ayant fait près de 80 morts.

L’excès de vitesse est mis cause par une autre analyse. Un fait réfuté par le rapport de 20 pages cité plus haut qui essaye de démontrer qu’à l’approche de la gare d’Eséka, le train roulait à 10km tel qu’indiquée par la boîte noire. Au-delà de ces légères différences, toutes ces expertises s’accordent sur un point : la responsabilité de Camrail dans le drame d’Eséka. Reste plus que les conclusions de la commission d’enquête, présidée par le Premier ministre crée le 25 octobre dernier.

Source : © Mutations

Par Nadine Guepi

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz