Cameroun : la carte de presse ne fait pas courir les professionnels

Severin Tchounkeu, président de la Commission de délivrance de la carte de presse | DR
Severin Tchounkeu, président de la Commission de délivrance de la carte de presse | DR

La date limite de recevabilité des dossiers était fixée au 20 mars 2016. Le délai passé, un constat s’impose, ils ne sont pas nombreux les professionnels des médias qui sollicitent le document.

Dans de nombreux pays notamment en France, le journaliste titulaire d’une carte de presse jouit de plusieurs avantages. Par exemple dans les transports en communs il a droit à des réductions significatives. Les mêmes faveurs sont également accordées dans les établissements hôteliers ainsi que par des compagnies aériennes. Des mesures incitatives qui sont le résultat de la considération et de la valeur attribuées aux métiers de l’information et de la communication. Dans les pays développés la presse est effectivement considérée comme le 4eme pouvoir et elle assume ce rôle au quotidien.   Dans le contexte camerounais fait de paupérisation et de misère, les professionnels des médias ne vivent pas ils vivotent et survivent. Alors comment les inciter à souscrire une carte de presse ? Vu que dans sa configuration actuelle ce sésame n’offre pas de grands avantages à ces titulaires du moins pas suffisamment pour les faire courir. Severin Tchoukeu président de la commission de délivrance de la carte de presse essaie dans la mesure du possible de donner une crédibilité au document en promettant que seuls les véritables professionnels pourront l’obtenir. « Nous seront sans complaisance dans l’attribution de la carte de presse afin de crédibiliser notre profession » rassure t’il. Mais dans la pratique les journalistes se demandent bien à quoi va leur servir le document puisque dans le contexte camerounais l’accès à l’information est très souvent une affaire de réseaux et de petits copains. La création d’un organe de presse est parfois motivée par un souci de règlement de compte politique. De nombreux organes de communication notamment en presse écrite n’ont pour unique personnel que le promoteur et directeur de publication. Par média interposés les hommes politique se font la guerre et manipulent à leur guise la presse. Dans ce contexte qu’elle crédibilité peut bien avoir la carte de presse ?

© CAMERPOST par Hakim ANDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz