Cameroun – Carte de presse : dernière ligne droite pour les patrons de médias

Des acteurs soucieux de réguler le métier de journalisme | DR
Des acteurs soucieux de réguler le métier de journalisme | DR

Plus que quelques jours pour se conformer à la norme. Directeurs des publications et journalistes viennent d’être à nouveau interpellés. C’était lors d’une visite de travail menée à Douala par la Commission nationale de délivrance de la carte de presse. La délégation conduite par le président Sévérin Tchounkeu qu’accompagnaient Roland Messi, secrétaire permanent de ladite commission et Kini Nsom, un membre par ailleurs chef desk régional du journal « The Post » à Yaoundé, a tenu à sensibiliser. Ces derniers ont rappelé aux différentes rédactions dans lesquelles ils se sont rendus, que tous les journalistes et les patrons de médias ont jusqu’au 28 février 2016 pour déposer tous les dossiers en vue d’entrer en possession de la carte de presse. Passée cette date, il n’y a plus de voies d’issue pour les retardataires.

Le président de la Commission de délivrance de la carte de presse n’a pas manqué d’évoquer les objectifs poursuivis : « nous avons choisi d’interpeller les chefs d’entreprises. Nous bataillons pour l’intérêt des journalistes et que l’image de notre profession ne soit plus décrédibilisée ». D’après l’autorité, la carte de presse est un élément important si ce n’est déterminant. Elle représente la carte nationale d’identité du journaliste. A ne pas confondre à la carte  que dispose un journaliste employé dans un média quelconque. La carte de presse est délivrée à un homme ou une femme de presse en tant que journaliste. La visite de la commission de délivrance de la carte de presse intervient trois mois après qu’une note avait été publiée à l’endroit de tous. « Nous avons laissé suffisamment de temps aux uns et aux autres pour constituer leurs dossiers.  Chacun a eu le temps de se réajuster. Nous avons donné l’occasion aux employés de mettre la pression sur les employeurs », a renchérit la Commission.

Par ailleurs, la commission rassure de ce que tout est mis en œuvre pour lutter contre les tripatouillages des patrons des médias qui ne voudraient pas se conformer. Les pièces à fournir pour entrer en possession du sésame sont : une demande manuscrite, une copie certifiée conforme des diplômes et titres professionnels requis ainsi que, le cas échéant, des documents énumérés à l’article 8 du décret N°2002/2170/PM du 09 décembre 2002, un contrat de travail ou une attestation d’emploi légalisé par les services du ministère en charge de l’emploi, une  attestation d’ancienneté délivrée par l’employeur, une attestation d’immatriculation à la Caisse nationale de prévoyance sociale ou une copie de l’acte d’intégration à la fonction publique, un bulletin N°3 du casier judiciaire datant de moins de 3 mois, une copie certifiée conforme de la carte nationale d’identité, quatre  photos d’identité format 4×4, une reçu de versement à la Commission de la carte de la somme de 10 000 Fcfa, des justificatifs des prestations journalistiques visées à l’article 8 (2) du décret ci-dessus cité.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa