Cameroun – CAN 2015 : les choix de Volker Finke critiqués par techniciens et journalistes – 26/01/2015

Le sélectionneur du Cameroun, Volker Finke. © Getty Images
Le sélectionneur du Cameroun, Volker Finke. © Getty Images

De nombreux spécialistes du football, mais également des journalistes camerounais, critiquent vivement les choix tactiques du sélectionneur allemand Volker Finke à la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football de Guinée Equatoriale, dont le groupe a concédé un deuxième match nul sur le même score (1-1) samedi contre la Guinée.

Finke “est brouillon et tatillon”, s’emporte l’hebdomadaire Intégration, qui rappelle que ce technicien était déjà allé à la Coupe du monde brésilienne, mais aussi ailleurs, “avec les mêmes choix hasardeux alors que le groupe regorge de talents qui ne demandent qu’à être alignés de manière intelligente”.

Tout en abondant dans le même sens, le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune souligne que face à la Guinée, les Lions indomptables ont alterné le bon et le mauvais, s’illustrant par un jeu plus offensif mais aussi par des failles en défense et leur incapacité à conserver un résultat.

“Le cas de certains défenseurs et milieux, qui abandonnent volontiers leurs postes de prédilection pour se projeter vers l’avant à la recherche des buts, trahit une indiscipline tactique à corriger au plus vite.”

Des critiques à l’encontre du choix du coach Finke se sont faites même hors du Cameroun, appuie la radio à capitaux publics qui déplore une attaque peu performante et réclame l’entrée en jeu du jeune attaquant Clinton Njie, curieusement laissé sur le banc alors que son potentiel n’est plus à démontrer.

“Cameroun/Guinée est un match à oublier au plus vite”, martèle Emmanuel Jonas Kana, ancien chef de service des sports à la télévision à capitaux publics (CRTV).

Volker Finke “est le seul à savoir exactement ce qu’il veut”, s’insurge l’entraîneur Maurice Nana Saleng qui émet de sérieux doutes sur l’utilisation qu’il fait de son effectif.

Ancien goléador et désigné ‘’meilleur joueur africain du XXème siècle”, Roger Milla ne comprend pas cette logique qui veut que ce soient les joueurs eux-mêmes qui demandent leur remplacement.

Et d’exiger que plus de pouvoir soit donné aux adjoints locaux, qu’il présente comme des ‘’prisonniers” du patron du banc de touche.

“Finke a des problèmes avec tout son staff, on lui a dit que c’est lui le grand patron, que c’est lui le plus grand entraîneur mais je suis désolé, les Camerounais n’acceptent plus les choses comme ça, on ne peut pas continuer de nous humilier comme ça !”, tonne Milla.

Contre la Côte d’Ivoire, mercredi prochain, beaucoup de Camerounais ne se font pas d’illusions et pronostiquent une sortie de la compétition des Lions indomptables dès le premier tour si le technicien allemand ne revoit pas ses schémas de jeu.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz