Cameroun : Camgaz réagit à la concurrence féroce sur le marché du gaz – 27/01/2015

Tradex s'avère être un sérieux concurrent pour Camgaz. Photo d'illustration
Tradex s’avère être un sérieux concurrent pour Camgaz. Photo d’illustration

La société camerounaise des gaz liquéfiés de pétrole, plus connue sous l’appellation de Camgaz, a procédé au mois de juin 2014 à une augmentation substantielle de son capital social, qui est passé de 10 à 500 millions de francs Cfa, en hausse de 490 millions de francs Cfa, révèle une annonce légale publiée le 26 janvier 2015. Cette hausse du capital s’est faite, apprend-on, par incorporation de l’écart de réévaluation (381,3 millions de FCfa), d’une part, et par prélèvement sur le compte report à nouveau (108,6 millions de FCfa), d’autre part.

Cette opération d’augmentation du capital, qui ouvre d’importantes marges de manœuvre en matière d’investissement au numéro 2 du marché de la distribution du gaz domestique au Cameroun (15,5% de parts de marché derrière SCTM avec près de 50%), apparaît comme une réaction à la concurrence de plus en plus féroce dans ce secteur d’activités. En effet, le marché du gaz a connu d’importantes mutations au Cameroun en 2013, avec l’arrivée dans le secteur de l’opérateur Tradex.

Les parts de marché de ce nouvel opérateur évoluent sans cesse, probablement à cause de ses bouteilles neuves (70% des bouteilles usitées au Cameroun sont vieilles et exposent les consommateurs aux explosions, selon une enquête du ministère du Commerce), avec contrôleur de consommation incorporé. Lybia Oil, un autre opérateur du secteur, a procédé la même année à un renouvellement de son parc de bouteilles, tandis que MRS a pu conquérir de nouvelles parts de marché en étendant son réseau de distribution.

Autant de mutations devant lesquelles Camgaz est jusqu’ici resté atone, à défaut d’alimenter la chronique des faits divers, avec notamment cette affaire d’importation de bouteilles hors normes, et la découverte, sur ses installations, de pratiques de siphonage de bouteilles de gaz domestique mises sur le marché.

L’augmentation du capital sus-mentionnée devrait induire d’importants investissements, avec pour but de permettre au numéro 2 du marché national du gaz domestique de ne pas perdre pied dans un secteur d’activités de plus en plus concurrentiel, et qui recèle d’innombrables opportunités avec des projets en cours dans les domaines de la production (projet Perenco-SNH) et du stockage (SCDP).

Source : © Investir Au Cameroun

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz