Cameroun – Branchement au réseau électrique : ces procédures qui divisent

Ces procédures au branchement au réseau électrique qui divisent | © ENEO
Ces procédures au branchement au réseau électrique qui divisent | © ENEO

Longues de plusieurs mois selon les cas, elles devraient pourtant s’étaler sur trois à cinq jours en zone urbaine, comme l’indiquent les textes.

Cela a pris trois mois à Jean Charles Eric Abega, chef de quartier Efoulan cité à Yaoundé, pour être raccordé au réseau électrique Eneo. « On vous traîne, vous demande de vous rendre à tel endroit puis à un autre, dans tel service puis dans un autre… », déclare-t-il. Tandis que la même opération a pris près d’un an et demi à Jules Tegang, autre usager. « C’était un calvaire. Les procédures ne se font pas avec diligence. Les utilisateurs devraient être connectés au réseau à partir du moment même où ils commencent à bâtir leur maison. Il faudrait que ça change », s’indigne-t-il. Pourtant, une source à Eneo indique que les textes prévoient que la procédure de branchement au réseau prenne entre trois et cinq jours pour les domiciles ou structures en zone urbaine et cinq à sept jours pour ceux installés en zone rurale. Car, dans la pratique, le raccordement au réseau nécessite la descente sur le terrain d’un métreur censé mesurer la distance qui sépare l’habitation du poteau électrique le plus proche, ainsi que l’établissement d’un devis, lequel est fonction de cet espace.

L’ennui, d’après Aboubakar Nsangou en service à l’Autorité aéronautique du Cameroun, c’est que « les délais ne sont pas respectés. Le métreur fait les choses en son temps, ce qui ne convient pas à celui qui sollicite l’abonnement. Il y a aussi un problème de facturation. Très souvent lorsqu’on s’abonne, il faut attendre des mois avant l’arrivée de la première facture. Au finish, le consommateur est toujours lésé ». Des difficultés qui ne sont pas sans conséquence puisque le gouverneur du Centre, Joseph Otto Wilson, vient de dévoiler que 4000 ménages de la région sont frauduleusement connectés à Eneo. Première raison évoquée par les contrevenants : le non-aboutissement des procédures d’acquisition de connexion auprès du concessionnaire. Ceci bien que, à Eneo, une source fait remarquer que les locaux de l’entreprise contiennent des devis qui n’ont pas connu de suite depuis leur dressage. « Les propriétaires ont sûrement été découragés par les montants et se sont tournés vers des branchements illicites », explique-t-on.

Côté finances, les branchements et abonnements s’effectuent à partir de 30 000 F et peuvent atteindre des centaines de mille, d’après les chiffres d’Eneo. Jean Charles Eric Abega, lui, explique que la réalisation du devis lui a coûté 35 000F, « j’ai ensuite versé 13 000 F de taxes à la mairie. Le branchement m’a coûté 75 000 F ». Pour faciliter les choses, l’entreprise a prévu d’accorder un moratoire aux usagers leur permettant de s’acquitter de ces frais. Après avoir versé les 50% de la somme totale, les usagers ont la possibilité d’effectuer le reste du paiement en trois tranches. Une campagne d’assainissement a été lancée vendredi dernier et se poursuivra toute l’année.

Source : © Cameroon Tribune

Par Marilyne NGAMBO TCHOFO

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun – Branchement au réseau électrique : ces procédures qui divisent"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Mohamed Ibrahim

Tout ceci sert le business du faut.

wpDiscuz