Cameroun : les Bororos sont encore victimes de discriminations et d’injustices

Ils font partie des peuples autochtones ou populations indigènes. A l’occasion de la journée mondiale à eux dédiée ce mercredi 9 août 2017, cette couche de la population camerounaise estime être au bas de l’échelle en matière d’éducation, de santé et surtout d’insertion sociale. Arrêt sur cette journée avec CAMERPOST.

Cameroun : les Bororos sont encore victimes de discriminations et d’injustices
(Credit photo : © Unitedbiblesocieties.org)

Une couche vulnérable marginalisée

Les Bororos constituent un groupe ethnique unique qui fait partie des minorités. Le fossé infrastructurel entre ces nomades et les populations d’accueil est très grand et frise parfois la marginalisation et la négligence. Venus du Nord Cameroun et disséminés dans les régions du Nord-Ouest, de l’Ouest et de l’Est, les Bororos soutiennent être régulièrement sujets aux violations de leurs droits.

« Peu sont ceux qui fréquentent, qui ont droit à un logement décent, à des soins de qualité. Peu sont ceux qui occupent des fonctions dans la République. Nous nous sentons à l’écart des autres citoyens », évoquent les concernés ce mercredi 9 août 2017 à l’occasion de la journée internationale des populations autochtones dont ils font partie.

La cible appelle le Gouvernement à prendre des dispositions pour lui rendre la vie agréable. Et pour qu’elle ait accès aux services et infrastructures de développement essentiels à son épanouissement.  Le thème 2017 retenu pour la journée internationale précité est : « Dixième anniversaire de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones ».

Des héritiers d’une grande diversité linguistique

Le but étant de renforcer la coopération internationale pour résoudre les problèmes rencontrés par les populations autochtones dans des domaines tels que les droits de l’homme, l’environnement, le développement, l’éducation et la santé. C’est en 1994 que l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de faire du 9 août la Journée internationale des populations autochtones.

Les peuples autochtones représentent environ 370 millions de personnes et vivent dans 90 pays. Bien qu’ils ne forment que 5 % de la population mondiale, ils constituent aujourd’hui 15 % des individus les plus marginalisés de la planète. Ils sont les héritiers d’une grande diversité linguistique et culturelle, ainsi que de coutumes et de traditions ancestrales.

Ils représentent 5 000 cultures différentes, parlent la vaste majorité des quelque 7 000 langues de la planète. Malgré la diversité des communautés autochtones à travers le monde, la plupart d’entre elles partagent des points communs, notamment les liens qu’ils entretiennent avec leurs terres ancestrales et leur environnement.

© CAMERPOST par Linda

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Cameroun : les Bororos sont encore victimes de discriminations et d’injustices"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Ntum Livanus

BUT WHY?

Yve Ber

Je croyais que c’était seulement les anglophones!

Mahamad Bah

et pourtant se sont des gens bien

Baba Oumar Baba Oumar

Ils ne sont pas un peuple marginalisé non, mais pleut tôt riche mal organisé .

Mal Colm Hamad
De quoi est il question ici? Combien de camerounais ont “droit” à un logement 😱😱😱? Soins de santé, accès à l’école. L’Etat a-t-il refusé l’accès à un service quelconque à un bororo du seul fait qu’il est bororo? Ce peuple à ses problèmes, comme tout le reste des camerounais. Et ces problèmes sont liés à leur mode de vie plus qu’à autre chose. Le nomadisme dans notre contexte. Le pays promeut l’égal accès de tous devant les instances nationales. En termes de minorité, qui n’est pas minorité au Cameroun avec près de 300 éthnies? Sachons poser les vrais problèmes. Mais… Read more »
wpDiscuz