Cameroun : Boko Haram, politique et CAN 2015 au menu de la presse – 08/09/2014

Reléguant au second plan la rentrée scolaire de ce lundi, les journaux camerounais parus ce jour ont consacré l’essentiel de leurs manchettes à une polémique interne sur de probables complicités à la secte islamiste nigériane Boko Haram, aux incertitudes pour la succession à la tête de l’Etat ainsi qu’à la victoire, samedi en déplacement, de la sélection de football face à la République démocratique du Congo (2-0) en match éliminatoire de la Coupe d’Afrique des nations (CAN).

«Appel des élites de la Lékié : l’indignation générale», titre Le Jour qui constate que le fameux document, signé fin août dernier de dignitaires du régime originaires de ce département de la région du Centre et qui dénonce des complicités de Boko Haram parmi des élites des zones septentrionales du pays, installe le trouble dans les esprits en même temps que des voix s’élèvent et que la hiérarchie du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) reste silencieuse.

«Cette cacophonie est déroutante pour les Camerounais, et plus encore pour ceux de nos compatriotes qui se battent tous les jours, au prix de leurs vies, au front contre des adversaires qui égorgent, enlèvent, pillent sans remords.»

«La cohésion nationale à l’épreuve de Boko Haram», renchérit le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune qui voit le pays «menacé par un ennemi insidieux : la division».

«Les mots fusent comme des flèches, de part et d’autre, dépassant sans aucun doute la pensée. Les accusations et les rancœurs aussi. Que sont devenues les promesses d’union et de vigilance dont les échos résonnent aujourd’hui encore ?» s’interroge l’éditorialiste Marie Claire Nnana.

Pour elle, il est temps que s’arrêtent, chez les élites politiques et intellectuelles, la sinistrose et la fascination du chaos qui ne génèrent que haines, diversion, indolence, inertie et qui attirent le Cameroun vers le souffle de l’abîme.

Ces sorties politico-médiatiques à l’emporte-pièce, souffle Mutations, sont aussi de dangereux dérapages aux conséquences imprévisibles aux plans des individus et de la paix sociale, construite depuis plus de 50 ans et qui repose sur le respect mutuel de nos religions ainsi qu’une coexistence harmonieuse des tribus qui composent le Cameroun.

Au plan politique, cette dernière publication et Le Jour se font l’écho du dernier rapport de l’ONG International Crisis Group qui s’inquiète sur la succession à la tête de l’Etat et recommande un accord de transition entre le pouvoir, l’opposition, la société civile et l’Union africaine.

Il s’agit, selon le deuxième journal cité, d’«une invite à préparer le pays à la transition politique afin d’éviter le chaos».

S’agissant de la victoire des «Lions indomptables», samedi dernier contre la RDC à Lubumbashi, Cameroon Tribune salue un «tests prometteur», la sélection ayant brillé par son sens du jeu collectif et son engagement.

C’est sur la solidité d’un groupe retrouvé que les Lions sont allés chercher ce précieux succès, chacun ayant joué sa partition pour le bien de l’équipe, complète Le Jour.

Il est trop tôt pour afficher un quelconque optimisme, tempère Le Quotidien de l’Economie qui a vu une formation «pas vraiment au point».

Les Lions, sans être brillants, ont livré un match sérieux samedi dernier, analyse Mutations pour qui le vent du rajeunissement commence à porter ses fruits.

© Camer Post avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz