Cameroun : Bientôt une usine de liquéfaction de gaz au large de Kribi

Bientôt une usine de liquéfaction de gaz au large de Kribi | DR
Bientôt une usine de liquéfaction de gaz au large de Kribi | DR

Le projet initié par l’armateur gazier Golar devrait être opérationnel au deuxième trimestre 2017.

1,3 milliard de dollars, c’est le montant que compte investir l’armateur gazier Golar pour la mise sur pied d’une usine flottante de liquéfaction de gaz naturel à Kribi.

Les travaux de construction de cette usine flottante qui sont menés dans les chantiers navals de Keppel, à Singapour permettront de doter cette structure d’une capacité de production annuelle de 1,2 millions de tonnes de gaz liquéfié. Ce projet devrait permettre à Golar l’exportation des réserves gazières de 500 milliards de pieds cubes sur le site de Bipaga dans la cité balnéaire. Les premières exportations devraient s’effectuer à la fin du deuxième trimestre 2017. Cette usine permettra aussi de produire 30 000 tonnes annuelles de gaz de pétrole liquéfié destinées à la consommation nationale et 5 000 barils de pétrole brut très léger (condensats) par jour. De même, elle devrait générer la création de 1 000 emplois pour la construction des infrastructures et mobilisera 100 personnes pour son exploitation, apprend-on. Selon les mêmes prévisions, les initiateurs de ce projet indique que l’usine flottante de Kribi mobilisera des investissements estimés à 400 milliards de F Cfa. Ce montant devant être utilisé pour la mise en place des installations de production et de traitement de gaz naturel ainsi que pour la réalisation des travaux de construction de l’infrastructure, tel qu’indiqué dans un communiqué publié le 30 septembre.

Un contrat d’achat ferme entre Golar et Perenco, fournisseur du combustible, a récemment été approuvé par la Société nationale des hydrocarbures (SNH), détentrice de 25 % de parts de la coentreprise devant gérer l’installation. La signature le 30 septembre de la convention gazière entre toutes les parties impliquées dans ledit projet va donner l’opportunité à l’armateur Golar d’économiser 700 millions de dollars sur le coût de conversion. Ces bénéfices devraient être plus conséquentes si la structure tarifaire du brent au marché mondial reste intacte, c’est-à-dire comprise entre 60 et 102 dollars le baril et surtout si la mise en marche de deux des quatre trains de liquéfaction prévus sont opérationnels. Dans cette configuration, Golar devrait dégager un Ebitda compris entre 170 et 300 millions de dollars dès la première année d’exploitation. Il se situerait entre 240 et 430 millions de dollars si le troisième train venait à fonctionner à pleine capacité dans les mêmes hypothèses de cours.

L’armateur gazier Golar dont le siège est basé à Londres compte une demi-douzaine d’unités flottantes de production, de stockage et de déchargement d’hydrocarbures actives au Moyen-Orient, au Brésil et en Indonésie. En Afrique, le groupe est présent au Nigéria et mène des activités au Ghana où il négocie la construction d’une unité de transformation gazière. Il dispose par ailleurs d’une douzaine de navires. En 2014, Golar a enregistré un revenu net d’exploitation de 78,8 millions de dollars.

© CAMERPOST par Joyce Nzoukou (Stagiaire)