Cameroun – Bidoung Mkpatt challenge : Essai de décryptage d’un phénomène spontané

Le ministre des Sports, Ismaël Bidoung Mkpatt, a été pris en photo saluant le président camerounais Paul Biya… et il a inspiré Internet.

Il y a des images stéréotypées qui, par effet mimétique des acteurs sociaux, produisent une incidence sociale en terme de pratique. En effet, ces derniers jours, l’image du ministre des Sports et de l’éducation physique (Minsep) en posture de salutation du prince le jour de la réception des Lionnes indomptables au palais de l’unité fait le tour des réseaux sociaux et, par conséquent, le buzz sur les mass et les techno-médias.

Une simple et rituelle salutation de Bidoung Mkpatt, le 8 décembre 2016, a tôt fait de générer des terminologies fortuites populaires (“bidoung Mpkatt challenge”, “courbez-dos-challenge”, “marché des challenges”). Aussi les plus rusés, dans un style humoristique, sarcastique et satirique, ont-ils inventé le “paradigme” du “bidoungmkpattisme”, lequel ravit, d’ores et déjà, la vedette au “chantalisme biyaisme” théorisé, il y a peu, par Jean-Paul Mbia.

Le phénomène spontané du “Bidoung Mkpatt challenge” est, au premier abord, un fait construit par féru et mordu des réseaux sociaux qui n’avait pour dessein que de susciter un acte humoristique. Question d’amuser la galerie et de railler la personnalité concernée. Mais, en l’espace d’une fourchette de jours, cet acte relevant du registre de la banalité s’est mué en un phénomène social, dont l’effet prescriptif, coercitif et massif a créé un emballement systématique sur les réseaux sociaux au point où des catégories sociales ont posté, chacune suivant son ingéniosité, une image similaire au “courbez-dos-challenge”.

Eu égard à cette inventivité, il apparaît, en substance, une caricature tant les images diffusées sur la toile basculent, sans coup férir, dans le champ sémantique de l’exagération sociétale. A preuve, d’aucuns ont publié les images des jeunes saluant les animaux domestiques tels que les chiens et chats alors que d’autres ont diffusé des clichés des hommes ou femmes suspendus sur une estrade en posture de salutation d’une tierce personne sensiblement éloignée.

Enfants, jeunes, adultes, Hommes en tenue, hommes politiques, hommes de médias, etc ont succombé à un effet de foule, en cataloguant et diffusant les images de la raillerie d’un membre du gouvernement. Au demeurant, cela suscite sourire, rire et sarcasme. Histoire de basculer dans la moquerie mondaine de ladite personnalité publique.

De prime abord, l’acte de salutation orchestré par le Minsep est, trivialement, et au plan culturel, un acte de respect, de déférence et d’allégeance au chef de l’État. Seulement, au regard d’une pareille révérence, il apparaît que Bidoung Mkpatt reste et demeure fidèle à la logique de la courtisanerie à l’égard du prince. Il s’agit là, vu la posture du “courbez-dos-challenge”, d’un ministre de la République ayant la position de créature vis-à-vis du créateur qu’est Paul Biya. C’est, en réalité, la parodie de la cour qui est théâtralisée tant ce membre du gouvernement présente sa posture infériorisante et minorante à l’égard du chef.

A-t-il besoin d’une image donnée en pareille circonstance ? Péremptoirement, la réponse est négative puisqu’il s’agit de deux individus qui souscrivent, tous, au rituel de la salutation cordiale. Point n’est donc besoin de faire preuve de courtisan, de créature, en adoptant une position qui participe à sous-évaluer ton statut social. Parfois, l’hyperconformisme des Hommes politiques entraîne une déviance comportementale dans le jeu ritualisé des rapports sociaux sur l’échiquier politique.

Lorsque vous considérez le président de la République comme le créateur, le roi, le “Nnom gui”, le “Fon des fon” ou encore l’homme-lion, etc, comment n’adopteriez-vous pas une telle posture avilissante lors des cérémonies spéciales ? En conséquence, dans ce déferlement des internautes ayant publié, de façon massive, diverses images similaires, l’on note une stigmatisation négative du Minsep à qui l’on affuble, avec raison, de stéréotypes péjoratifs.

Une simple salutation devient, par effet de foule, une image-spectacle dans une société-spectacle qui raffole du ludique, de l’humour, du plaisir, du loisir et du bruit. Et comme image-spectacle, société-spectacle et État-spectacle font bon ménage dans un agrégat bloqué, un tel phénomène spontané de la quotidienneté ne peut que créer une situation de défoulement individuel et collectif tant cela charrie des passions, des pulsions et émotions populaires.

Mais in fine, le corollaire immédiat est que le “Bidoung Mkpatt challenge” débouche sur la déconstruction de la personnalité de ce ministre de la République sur qui pèsent de lourds clichés péjoratifs.

Changera-t-il alors cette forme de salutation lors de l’imminente traditionnelle cérémonie de présentation des vœux en janvier 2017 ? D’autres membres du gouvernement et personnalités publiques modifieront- ils leur attitude devant le prince le 2 ou le 3 janvier 2017 ? Just wait and see!

Source : © Le Messager

Par SEREE-AIMEE BIKOI, Sociologue

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Cameroun – Bidoung Mkpatt challenge : Essai de décryptage d’un phénomène spontané"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Alphonse Fredy Aba

Qu’est ce qu’il ya d’etrange sur cette photo? Pfffiiffff

Junior Djoteng

Mini pampam

wpDiscuz