Cameroun – Beach volley : Bientôt une équipe nationale

Le volley beach est une variante du volley ball | © CAMERPOST / Olivier Ndema Epo

Le Cameroun voudrait se donner les moyens de prendre part à la prochaine Can de beach volley. Elle sera organisée par le Maroc en 2017.

L’information a été communiquée par la Fédération camerounaise de Volley ball. Il est question de permettre au Cameroun de se doter d’une sélection nationale, mais aussi de vulgariser la pratique de la discipline.

Le beach volley est une variante du volley ball. Il se pratique sur une aire recouverte de sable. Chaque équipe sur le terrain comprend deux (2) joueurs. Le Stade de beach volley du Lycée Général Leclerc de Yaoundé, va voir naitre les lions indomptables de beach volley. Ce sera à l’occasion d’un tournoi organisé du 25 au 26 février sur le site. Une nouvelle sélection va voir le jour en réalité.  De fait la discipline n’est pas nouvelle au Cameroun. Elle est beaucoup plus pratiquée sur la Cote camerounaise.

Sélections nationales

Le beach volley n’est donc pas nouveau au pays. Il a juste disparu des radars depuis quatre (4) années. Cela était d’ailleurs prévisible, puisque la discipline n’existait que par des tournois assez irréguliers. En conséquence aucune paire de beach volleyeurs camerounaise n’est reconnue au niveau mondial. Pourtant le Cameroun peut être considéré comme un grand pourvoyeur de talents, vu le niveau de ses sélections nationales de volley ball. La compétition est réservée aux pratiquants de la catégorie senior, et âgés de 21 ans.

Les joueurs sélectionnés prendront part aux éliminatoires de la Can 2017 de beach volley, à Kinshasa en République démocratique du Congo (Rdc). Le tournoi éliminatoire prendra en compte les deux versions (dames et messieurs, Ndlr). Les deux meilleures paires de chaque version prendront part à la Can organisée par le Maroc. Les camerounais sont logés dans la zone 4. Le Cameroun ne s’arrime pas à la discipline comme l’on pourrait le penser. Il est question de ressusciter un sport des moins connus au pays, même s’il connait un certain succès dans certaines localités.

© CAMERPOST par Olivier Ndema Epo