Cameroun – Barrage de Lom Pangar : la pluviométrie pourrait retarder la mise en eau – 31/03/2015

  Théodore Nsangou, le directeur général d’Electricity Development Corporation (EDC) | Photo d'archives
Théodore Nsangou, le directeur général d’Electricity Development Corporation (EDC) | Photo d’archives

70%. C’est le taux de réalisation actuel des travaux de construction du barrage de Lom Pangar, dans la région de l’Est du Cameroun, a-t-on appris le 27 mars 2015, au terme d’une nouvelle descente sur le terrain de Théodore Nsangou, le directeur général d’Electricity Development Corporation (EDC), maître d’ouvrage du projet.

Aussi bien pour l’entreprise chinoise CWE, qui construit cet ouvrage, que pour EDC, le bras séculier de l’Etat camerounais en matière d’infrastructures énergétiques, tout est a priori bien parti pour respecter le délai de la mise en eau partielle de ce barrage dans six mois, c’est à dire en septembre 2015. Seule inconnue pour l’instant, reconnaissent cependant les deux parties : les aléas climatiques.

En effet, la saison des pluies débutée à la mi-mars au Cameroun, et qui dure généralement trois mois, s’annonce très rude. Aussi, les responsables du chantier craignent-ils qu’une pluviométrie abondante freine l’avancée du chantier, et retarde quelque peu l’échéance de septembre 2015, pour la mise en eau partielle du plus grand barrage jamais construit au Cameroun.

En effet, d’une capacité de retenue d’eau de plus de 6 milliards de m3, le barrage de Lom Pangar, qui cumule les capacités des barrages de Mbakaou, Bamendjin et Mape, abritera également une usine de production d’électricité, d’une capacité de 30 MW.

Source : © Investir Au Cameroun

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz