Cameroun – Banque agricole : Les paysans toujours dans l’attente

La Banque agricole toujours attendue par les paysans | Illutration/DR
La Banque agricole toujours attendue par les paysans | Illutration/DR

Pendant combien de temps va encore durer l’attente ? Que se passe-t-il réellement ? Ces questions qui refont surface sont au centre des échanges que CAMERPOST a eu avec des cultivateurs résidant dans la ville de Douala. D’après ces derniers, on se serait déjà attendu à un fonctionnement concret de la « Cameroon Agriculture Financial Rural Corporation (Cafruc). Nom donné à la banque agricole annoncée par le Président de la République lors du comice agropastoral d’Ebolowa en 2011. « Que non ! L’attente est longue pourtant une telle structure augure d’un lendemain meilleur des agriculteurs que nous sommes », a laissé entendre cette catégorie de la population camerounaise.

Ladite banque telle qu’annoncée a pour mission de financer les projets agricoles. Que ce soit au ministère des finances ou au ministère de l’agriculture et du développement rural, on affirme que le texte de création est déjà prêt et qu’on attend plus que l’agrément de la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale (Cobac). « Jusqu’ici, ce n’est point le cas. Nous ne ressentons rien », renchérissent les paysans.

Par ailleurs, notons qu’en 2015, les agriculteurs camerounais ont pu bénéficier de 14,9% de crédit bancaire national. Ce qui représente 313,6 milliards de F CFA, selon le ministre délégué auprès du ministre des Finances, Elung Paul Ché, lors d’un exposé sur le financement de l’agriculture au cours du conseil de cabinet du 31 mars dernier. Cependant, les opérateurs du secteur agricole restent les parents pauvres des concours financiers. Car, ces derniers ne remplissent pas souvent les conditions de garanties exigées par les banques qui orientent pour la plupart du temps leur financement vers l’agro-industrielle au détriment des petits producteurs. Pour rééquilibrer le financement agricole, le gouvernement, en 2011, a mis sur les fonds baptismaux, une banque agricole, avec un capital de 10 milliards de F CFA entièrement libéré à ce jour. Mais, cette banque  n’est pas toujours  opérationnelle, 5 ans plus tard.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa