Cameroun : Bamenda la frondeuse paralysée par un mot d’odre de «ville morte»

Bamenda la frondeuse paralysée par un mot d’odre de «ville morte» | © REUTERS/Stringer

Le chef-lieu de la région camerounaise du Nord-Ouest, Bamenda, était paralysée lundi, suite au mot d’ordre de grève de deux jours lancé par le Consortium de la société civile anglophone (CRCSC), a-t-on appris de sources concordantes.

Les commerces et bureaux étaient ainsi fermés, en même temps que la circulation était essentiellement limitée aux véhicules des forces de l’ordre patrouillant afin de parer à tout risque de violences.

Le mot d’ordre de «ville morte», selon ses organisateurs, est la conséquence des émeutes survenues dans la nuit de vendredi à samedi dernier dans la localité, pendant lesquelles 4 personnes présentées comme des vandales ont été blessées par balles par les forces du maintien de l’ordre.

Lors de ces violences, plusieurs véhicules ont été incendiés en même temps que des barricades ont été dressées dans les principales artères de la ville.

Bamenda est, depuis décembre, en proie à des revendications au départ sectorielles des enseignants et avocats d’obédience anglaise, qui ont finalement mué en exigences de fédéralisme, voire de partition du pays sur fond de violences.

Et, alors qu’une année scolaire blanche est désormais à craindre dans la région, le gouvernement a entrepris des négociations avec les activistes dont la dernière séance, tenue en fin de semaine dernière, s’est achevée en queue de poisson face à ce que le régime de Yaoundé qualifie désormais de surenchère.

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun : Bamenda la frondeuse paralysée par un mot d’odre de «ville morte»"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Theophile Kouam

On ne discute pas sur la forme de l’État dit Paul Biya. Donc c’est la dictature ?

wpDiscuz