Cameroun – Baisse des prix du carburant : Tout le monde ne s’arrime pas   

Certains  pompistes refusent d'obersver la baisse des prix du carburant | Illustration/DR
Certains pompistes refusent d’obersver la baisse des prix du carburant | Illustration/DR

Certains  pompistes refusent de vendre le carburant aux prix annoncés par Paul Biya et son Gouvernement lors de son traditionnel discours de fin d’année à la Nation le 31 décembre 2015.

Ce mardi 12 Janvier 2016 dans la ville de Yaoundé, les stations-services affichent les nouveaux prix du carburant à la pompe. Que ce soit à Total, Oilibya (ancien Mobil) ou MRS (ancien Texaco), les prix affichés à la pompe sont ceux qui avaient été annoncées par le Chef de l’Etat. A savoir 630 Fcfa pour le litre du Super et 575 Fcfa pour le Gasoil. Mais en réalité, les prix affichés ne sont pas respectés par certains pompistes de la ville de Yaoundé. « Moi je paye toujours le litre du Super à 650 Fcfa pourtant mes clients me disent que les prix du carburant ont baissé mais ce n’est pas ce qu’on nous dit à la station-service », lance avec courroux, un moto taximan qui essaye tant bien que mal de circuler entre les taxis pour aller consommer. Selon lui, le prix du gasoil a toujours été plus abordable à celui du super qui est plus prisé par les automobilistes, donc plus cher.

En effet, de nombreux cas sont observés dans les artères de la ville de Yaoundé. Les pompistes affichent sur leurs panneaux les prix préconisés par l’Etat du Cameroun mais en réalité ils exigent que les consommateurs payent les anciens prix. «Ce sont les réalités du pays, on va faire comment. Quand Paul Biya annonce sa part là-bas, sur le terrain c’est le contraire. Et ce n’est pas la première fois. Avant les fêtes, le Ministre du Commerce a fait le tour du pays pour dire que rien ne doit changer sur les prix des marchandises. Au marché, on a vu les prix être doublés, voire plus. Donc, nous ne sommes plus surpris» déclare, l’air résigné, un automobiliste rencontré ce mardi matin à une station au quartier Nkolmesseng à Yaoundé. « Après les clients vont venir proposer des sommes minables pour des longues distances alors que nous ne gagnons presque rien du tout », ajoute-t-il en secouant la tête.

Mais dans certaines stations, ces prix se rigoureusement respectés. « Nous respectons les prix qui sont affichés sur le panneau. Nous faisons l’effort de toujours avoir la monnaie pour ne pas avoir de problème avec nos clients », lance avec beaucoup de fierté Franck, pompiste depuis plus de 3 ans au marché Ekounou. « Nous veillons toujours à ce que nos employés soient corrects surtout en ce qui concerne les prix envers nos clients. Nous évitons de nous faire de la mauvaise publicité », renchérit son patron sous anonymat.

Presque deux semaines se sont écoulées et rien n’a changé au niveau des pompes de certaines stations de la capitale politique. Et pourtant, le Chef de l’Etat camerounais, a solennellement déclaré que les prix du carburant à la pompe seront revus à la baise dès le 1er janvier 2016. Lui emboitant le pas, son Ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, en sa qualité de Président du Conseil d’administration de la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures, a indiqué dans un Communiqué que le litre du Super va subir une baisse de 20 Fcfa alors que celui du gasoil va perdre 25 Fcfa.

Vie chère

Selon une étude de l’Institut national de la statistique (INS), en fin juillet 2014, soit un mois après l’entrée en vigueur de la hausse des prix des produits pétroliers à la pompe décidée par le gouvernement camerounais, les coûts des transports ont grimpé de 14% dans la ville de Yaoundé. Cette hausse des prix des transports observée dans la capitale politique du Cameroun avait entraîné une augmentation des prix à la consommation finale des ménages, qui ont cru de 2,4% à Yaoundé. Pour rappel, depuis le 1er juillet 2014, le prix du litre de l’essence super sur le territoire camerounais est passé de 569 Fcfa à 650 Fcfa, alors que celui du gasoil est passé de 520 Fcfa à 600 Fcfa.

© CAMERPOST par Germaine Lambo

  • megueguim honorine

    Bonjour je suis au parfum de votre offre et pour autant dire je suis bien interessé et pour cela je vous envois mon cv