Cameroun : Au moins 15 tués dans l’attaque d’un car par Boko Haram – 04/01/2015

Mi-décembre, une attaque de Boko Haram avait fait plusieurs dizaines de morts à Jos, au Nigéria. | Archive AFP /STRINGER
Mi-décembre, une attaque de Boko Haram avait fait plusieurs dizaines de morts à Jos, au Nigéria. | Archive AFP /STRINGER

Quinze personnes au moins ont été tuées dans l’attaque d’un autocar par des islamistes présumés de l’organisation Boko Haram dans le nord du Cameroun.

L’attaque d’un autocar par des islamistes présumés de l’organisation Boko Haram, a tué au moins quinze personnes, dans le nord du Cameroun, ont rapporté un responsable de la sécurité et un homme d’affaires camerounais.

Foncha Ngeh, un homme d’affaires basé à Maroua, dit avoir eu confirmation de l’attaque auprès de voyageurs. Un grand nombre d’autres personnes auraient été blessées et évacuées vers Maroua, à l’Extrême-Nord, pour recevoir des soins.

Des attaques à la frontière du Cameroun

Au fil de l’année passée, Boko Haram, qui a tué des milliers de personnes dans son insurrection pour créer un califat dans le nord du Nigeria, a multiplié les attaques de part et d’autre de la frontière avec le Cameroun, conduisant ce pays à envoyer des milliers de soldats en renforts dans le Nord.

À la fin décembre, le Cameroun a dû faire appel à son armée de l’air pour aider les troupes au sol à déloger des combattantsde Boko Haram qui ont brièvement occupé un camp militaire, à la faveur d’une offensive lancée par des centaines d’islamistes contre cinq localités du nord du pays.

40 jeunes enlevés dans le nord-est du Nigéria

Quarante garçons et jeunes hommes, âgés de 10 à 23 ans, ont également été enlevés à Malari, dans le nord-est du Nigeria le soir du Nouvel an, selon des habitants de l’État de Borno.

« Ils sont arrivés armés à bord de pick-up et ont rassemblé tous les hommes devant la maison du chef du village. Ils nous ont tenu des discours religieux avant de choisir 40 de nos garçons et de les emmener », a déclaré l’un des habitants du village, Bulama Muhammad. La nouvelle de cet enlèvement n’a été connue que dans la nuit de vendredi. Les télécommunications ont été rendues très difficiles dans une région qui est le théâtre d’attaques quasi quotidiennes, avec la destruction progressive des antennes et poteaux téléphoniques par les insurgés islamistes.

Bring back our girls

Boko Haram détient toujours plus de 200 jeunes filles kidnappées en avril dans leur lycée de Chibok, dans l’État de Borno. Depuis cet événement qui a marqué les esprits, le groupe islamiste continue d’enlever régulièrement des dizaines d’enfants, de femmes et d’hommes, qui exécutent les tâches de la vie quotidiennes dans les camps du groupe, ou montent en première ligne.

Source : Ouest-France.fr

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz