Cameroun – Attentats de Boko Haram : 260 civils tués en 2016

Selon Amnesty international, 260 civils auraient perdus la vie en 2016 suite aux attentats perpétrés par la sectes islamistes Boko Haram | © AFP/STRINGER

C’est le bilan des exactions perpétrées au Cameroun par la secte islamiste selon Amnesty international.

Depuis 2013, comme le Nigéria, le Tchad, le Cameroun est en guerre contre la secte islamiste Boko Haram. Une guerre qui a couté la vie à des plusieurs milliers de personnes jusqu’ici. Au cours de l’année 2016, 260 civils ont perdu la vie dans des attaques de la bande à Shekao selon Amnesty international.

Le groupe islamiste « s’est rendu coupable  des crimes relevant du droit international et d’atteintes aux droit humains, dont les attentats-suicides dans les zones civiles, des exécutions sommaires, des actes de torture, des prises d’otages, des enlèvements, des recrutements d’enfants soldats, ainsi que le pillage et la destruction des biens publics, privés ou religieux. Pendant l’année, il a perpétré au moins 150 attaques dont 22 attaques-suicides, qui ont fait 260 morts parmi les civils » apprend-on dans le rapport.

Les civils ont été systématiquement la cible du groupe Boko Haram. Et  les lieux des attentats étaient à chaque fois les mêmes. « Boko Haram a délibérément visé des civils en commettant des attentats contre des marchés, des mosquées, des églises, des écoles et des gares routières. »

Morts et blessés

En guise de rappelle « rien qu’en janvier au moins neuf attentats-suicides ont couté la vie à plus de 60 civils. Le 10 février, dans la ville de Nguéchéwé, à 60 kilomètres de Maroua, deux femmes se sont fait exploser lors d’un enterrement, tuant au moins neuf civils, dont un enfant, et blessant plus de 40 personnes. Le 19 février deux autres femmes ont fait de même sur un marché extrêmement fréquenté dans le village de Mémé, non loin de Mora, faisant au moins 24 morts et 112 blessés parmi les civils. 5 personnes ont été tués et au moins 34 autres blessés lors de deux attentats-suicides sur des marchés de Mora, le 21 aout et le 25 décembre. »

Combat contre le groupe terroriste est loin d’être terminé. Depuis le début de l’année en cours plusieurs attaques ont été perpétrées dans la région de l’Extrême Nord. La dernière attaque remonte au 22 février.

© CAMERPOST par Alain Ghislain Kanga