Cameroun – Attentat kamikaze : la nouvelle arme de Boko Haram à la Une de la presse – 27/07/2015

Attentat kamikaze, la nouvelle arme de Boko Haram à la Une de la presse au Cameroun | Photo d'illustration.
Attentat kamikaze, la nouvelle arme de Boko Haram à la Une de la presse au Cameroun | Photo d’illustration.

Les dernières attaques de la secte islamiste nigériane Boko Haram, à travers des méthodes d’attentats-suicide, ont occupé les couvertures des journaux camerounais parus lundi.

«Ça se complique à Maroua», constate le quotidien à capitaux privés Mutations qui constate que c’est la 3ème fois, en l’espace de 4 jours, que le mouvement jihadiste frappe dans le chef-lieu de la région de l’Extrême-Nord.

«Maroua encore frappée», renchérit son confrère à capitaux publics Cameroon Tribune. Face au danger croissant, le gouverneur de la région, Midjiyawa Bakary, vient de prendre des mesures plus draconiennes qui vont notamment de la fermeture des débits de boisson dès 18 heures à l’interdiction de l’activité de commerce ambulant en passant par l’obligation pour les logeurs de déclarer tous leurs locataires ou encore la réduction drastique des lieux de culte.

«Attentats de Boko Haram : quelle stratégie pour le gouvernement ?» s’interroge le bihebdomadaire régional L’œil du Sahel pour qui la corruption et l’absence de coordination des services de sécurité plombent l’efficacité de la lutte contre le terrorisme.

«Boko Haram a de nouveau frappé à Maroua !» s’exclame le bihebdomadaire Le Soir qui en appelle à des actions radicales visant à la fois à protéger les hommes et les biens, mais également à bouter une fois pour toutes la gangrène terroriste hors des frontières nationales.

C’est carrément le martyre… extrême ! s’étrangle l’hebdomadaire Intégration qui, lui aussi, ne manque pas de soulever des doutes quant à ces attentats attribués à la secte mais qui trouveraient bien leur origine à l’intérieur même du Cameroun.

«Dites-nous la vérité !» insiste L’Anecdote dont la couverture présente un kaléidoscope de dignitaires du septentrion dont l’hypocrisie face au péril, selon cette publication, s’avère nocif.

Selon La Météo, l’on s’achemine rien moins que vers l’instauration de l’Etat d’urgence dans cette partie du pays, devant une menace terroriste qui est également «un enjeu de politique intérieure».

Et le journal de pointer lui aussi un doigt accusateur sur certains pontes du régime originaires de l’Extrême-Nord dont certains, à travers des prises de parole publique, ont régulièrement évoqué des «complicités internes» à Boko Haram sans aller au bout de leur pensée.

C’est eux, insiste La Météo qui, à travers des comportements suspects, se posent aujourd’hui en vrais complices de Boko Haram et dont les agissements, de surcroît, ont réussi à braquer des populations à qui on demande aujourd’hui la totale collaboration en vue d’éradiquer le cancer de la terreur.

Après les 21 morts de samedi à Maroua, le quotidien Emergence appelle à une grande marche patriotique, une manifestation en soutien aux populations victimes des tueurs.

Sans doute aussi, souffle The Guardian Post, l’avènement d’un nouveau gouvernement donnerait-il un nouvel élan à la croisade contre Boko Haram.

Dans le même élan, Mutations propose une information civique, pédagogique «de nature à rassurer les populations contre la psychose et la panique qui gagnent déjà progressivement le terrain non seulement dans les zones en conflit, mais aussi dans le reste du pays».

© Camer Post avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz