Cameroun – Atteinte à la déontologie professionnelle : 13 professionnels frappés par le CNC

Treize professionnels frappés par le CNC | © CNC/Illustration
Treize professionnels frappés par le CNC | © CNC/Illustration

Avec sept organes de presse, ils écopent des suspensions allant d’un à six mois. L’Anecdote.

Aboubakar Dewa, journaliste, ne pourra pas exercer pendant trois mois, pour publication dans le numéro 735 du journal sus-évoqué, d’un article contenant des accusations non-justifiées à l’encontre de Alhadji Mohamadou Abbo, président du groupe Amao. Extraits de cet article contenus dans la décision du Conseil national de la Communication du 21 mars dernier : « Déchéance/ Alhadji Abbo indésirable à Ngaoundéré… », « Amao reste insensible aux malheurs des populations… » Jean Pierre Amougou Belinga, directeur de publication de l’organe de presse, s’en tire avec un avertissement.

Aurore Plus

Michel Michaut Moussala, le directeur de publication, est suspendu par défaut, pendant trois mois pour publication d’accusations non-justifiées à l’encontre de Jean Paul Nana Sandjo, directeur général de CAMAIR-co. Et les journalistes Barthélemy Nzock et André Som sont suspendus par défaut, pour une durée de six mois pour les mêmes causes. Il ressort des documents du CNC qu’ils ont écrit : « Jean Paul Nana Sandjo, au lieu de concentrer son énergie à faire décoller la CAMAIR-Co… distrait de fortes sommes d’argent pour financer les journaux de pacotille ». Accusations qui sont, selon le CNC, constitutives d’atteintes à l’éthique et à la déontologie professionnelles en matière de communication sociale. Le journal lui-même est suspendu pendant trois mois.

L’Indépendant

Eric Doualla Manga et Arsène Ndzana, des journalistes de cet organe de presse écrite, ne pourront pas exercer pendant trois mois pour publication d’articles contenant des déclarations non-justifiées à l’encontre de Paul Kammogne Fokam, président directeur général d’Afriland First Bank. Dans le numéro 261, ils avaient entre autres écrit «… Paul Fokam Kammogne : Les exploits explosifs d’un artificier…» Le journal L’Indépendant lui-même est également suspendu pour la même cause et pendant la même durée.

La Nouvelle presse

Conrad Atangana, journaliste, est suspendu pour trois mois. Sa faute : publication dans le numéro 416 du journal d’un article contenant des déclarations non-justifiées à l’encontre de Paul Kammogne Fokam, président directeur général d’Afriland First Bank. Ce dernier a saisi le CNC. La décision est tombée le 21 mars dernier. A côté de ce journaliste, Jacques Blaise Mvie, directeur de publication, est suspendu pour un mois. Suite à une autre  plainte déposée par René Mbayen, président du conseil d’administration de Consignation et Logistique du Golfe de Guinée, Charles René Nwe, journaliste dans le même organe, écope d’un avertissement pour publication d’un article contenant des accusations non-justifiées.  Le texte du CNC précise que « le directeur de publication de La Nouvelle presse est tenu de faire publication de cette décision avec annonce à la Une. »

La Météo

« Déstabilisation : Paul Biya dans le viseur de Fokam Kammogne ? », « Paul Fokam Kammogne, un putschiste par télécommande ? ». Pour ces extraits et après examen de la plainte déposée par le président directeur général d’Afriland First Bank, Mamadou Labaran, journaliste à l’organe de presse écrite La Météo, est suspendu pour trois mois. Motif, publication de déclarations non-justifiées. L’organe de presse est aussi suspendu pour un mois.

Le Soir

C’est également pour publication de déclarations non-justifiées que le journaliste Daniel Haman de ce trihebdomadaire est suspendu pour un mois. Des extraits contenus dans la décision du CNC, l’on peut entre autres lire : « Ngaoundéré /Détournement aux impôts, Afidingsou Balam mis à l’index » et « Scandale/ Un vaste détournement aux impôts démasqué… ».  Jean Paul Menguene, chef de Centre régional des impôts a saisi le CNC. Le directeur de publication et l’auteur n’ont pu apporter les preuves de leurs déclarations. Le texte signé du président du CNC fait savoir que le DP est tenu de faire publication de cette décision avec annonce à la Une dans le tout prochain journal.

Vision 4

Jean Pierre Amougou Belinga, promoteur de cette chaîne de télévision privée, reçoit un avertissement pour diffusion de propos graves, violents, non-justifiés à l’encontre de la religion musulmane et du Coran, dans le programme intitulé « Sans Tabou ». L’émission est suspendue pour six mois, tout comme son présentateur, Nathan Homère Amougou. Le CNC a été saisi par le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary.

Toutes ces décisions rendues publiques le 21 mars dernier prennent effet à compter de leur notification aux intéressés. Les gouverneurs des régions du Centre et du Littoral sont chargés de leur application.

Source : © Cameroon Tribune

Par Elise ZIEMINE

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun – Atteinte à la déontologie professionnelle : 13 professionnels frappés par le CNC"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Mohamed Ibrahim

cnc toujours un coup de retard à l instare du gouvernement.en voulant museler le quartrieme pourvoir ils ne fairont que le renforcer

wpDiscuz