Cameroun : les atrocités de Boko Haram hantent les déplacés de l’Extrême-Nord

“Boko Haram a égorgé neuf personnes en ma présence. C’est ce jour (de septembre 2015) que j’ai décidé de quitter mon village”, témoigne, encore bouleversée, Rachel Daviguidam, une Camerounaise de 30 ans.

Un an après avoir été témoin de cette atrocité, cette mère de sept enfants n’arrive pas à effacer ces images de sa mémoire et n’envisage pas de retourner à Golvadi, un village de l’Extrême-Nord du Cameroun, frontalier du Nigeria et cible de plusieurs assauts des islamistes nigérians de Boko Haram.

Depuis plus d’un an, Rachel, son mari et leurs enfants vivent à Koza, une petite cité enclavée située en pleine zone montagneuse, à environ 100 km de Maroua, la grande ville de la région.

Comme elle, près de 200.000 Camerounais de la région de l’Extrême-Nord ont fui leurs villages, situés à la frontière du Nigeria, redoutant les exactions de Boko Haram, qui a rallié l’organisation de l’État islamique (EI). Dans cette région, ils tuent, incendient des villages entiers, pillent et volent du bétail.

Lire la suite à © TV5 MONDE >>

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz