Cameroun : Arthur Zang, inventeur d’une tablette tactile médicale, reçoit un prix spécial de 20 millions FCFA – 03/07/2015

Le docteur Ndjomo Mba, directeur de l'hôpital de Mbankomo, à Yaoundé (Cameroun), teste le Cardiopad avec l'un de ses patients. Crédits : Rolex Awards / Marc Latzel
Le docteur Ndjomo Mba, directeur de l’hôpital de Mbankomo, à Yaoundé (Cameroun), teste le Cardiopad avec l’un de ses patients. Crédits : Rolex Awards / Marc Latzel

La ministre camerounaise de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Madeleine Tchuinté, a remis jeudi à Yaoundé un prix spécial de l’innovation du chef de l’ Etat d’une valeur de 20 millions de francs CFA (40.000 dollars) à Marc Arthur Zang Adzaba, un jeune chercheur et inventeur d’une tablette tactile médicale dénommée Cardiopad, conçue pour les malades cardiaques.

Cet appareil mis au point en 2011 sous le label Himore Medical S.A., entreprise créée par son concepteur, est le premier du genre fabriqué en Afrique. “Il permet de faire les examens cardiaques et le diagnostic à distance en utilisant les technologies de l’information et de la communication”, a souligné la ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation.

Selon Marc Arthur Zang lui-même, 28 ans en novembre, “le Cardiopad fonctionne de manière très simple. Lorsqu’un patient arrive dans un hôpital de district (hors des grandes villes, NDLR) où il n’y a pas de cardiologue, parce qu’il faut savoir que nous avons environ 50 cardiologues pour plus de 20 millions d’habitants, grâce à cet appareil on réalise les examens au patient.”

Les données obtenues du patient sont transmises du village vers la ville grâce à une connexion via le réseau de téléphonie mobile, a-t-il ajouté à la presse. “Donc, le cardiologue qui est en ville reçoit les données du patient, il les interprète à partir de son Cardiopad et il transmet ces interprétations de son Cardiopad vers celui de l’infirmier du village qui a réalisé les examens au patient.”

En somme, la tablette tactile médicale donne la possibilité aux malades cardiaques de faire se faire consulter sans avoir à se déplacer vers un grand centre urbain. Une subvention de 10 millions de francs CFA (20.000 dollars) octroyée par le ministère de la Santé publique a permis la production d’une centaine d’ exemplaires de l’appareil en Chine.

L’hôpital du district de santé de Mbankomo, une banlieue de Yaoundé,et le Centre hospitalier et universitaire de Yaoundé (CHUY) sont les seules formations à en faire usage pour l’instant. “Grâce à ça, on a déjà pu permettre d’examiner beaucoup de personnes qui souffrent de maladies cardiovasculaires et nous espérons que nous allons poursuivre sur cette lancée”, détaille en outre le jeune inventeur.

Ingénieur de conception en informatique et chercheur en ingénierie biomédicale diplômé de l’Ecole nationale supérieure polytechnique (ENSP) de Yaoundé, Marc Arthur Zang Adzaba, par ailleurs auteur de nombreux logiciels, est le premier lauréat du prix spécial de l’innovation du chef de l’Etat. En marge de cette cérémonie, il a aussi reçu la distinction de chevalier de l’Ordre de la valeur.

D’après la ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation, cette récompense a été instituée à l’intention des jeunes chercheurs “en vue de faire de la maîtrise de la science, de la technologie et de l’innovation un instrument économique au service de la création des richesses et des emplois ainsi que de la promotion du développement durable au Cameroun”.

“Grâce à ce prix, nous pouvons importer tous les composants et faire l’assemblage ici à Yaoundé. Bien sûr, nous visons le marché international. Mais pour le moment, le marché camerounais est d’abord notre marché de base”, a assuré le jeune inventeur à Xinhua.

Il est connu sur la scène internationale, où il a présenté son appareil lors de grandes conférences à l’Université de Lund en Suède, au siège du journal The Guardian à Londres ou encore au Centre européen de recherche nucléaire (CERN).

Lauréat du prix Rolex 2014, Marc Arthur Zang Adzaba a aussi été nominé parmi les 10 meilleurs innovateurs les plus talentueux d’Afrique la même année. Il poursuit ses recherches en systèmes électroniques à l’Ecole nationale supérieure polytechnique et un programme d’enseignement à distance dispensé par le gouvernement indien.

Source : © Agence de presse Xinhua

  • Dr Paul NDOUMBE MANGA

    Super ! Il faut réellement encourager ce jeune genie camerounais certes par ce prix mais surtout par un bon financement qui puisse permettre une production suffisante pour les besoins nationaux d’abord puis très rapidement à l’international. Dr Paul NDOUMBE MANGA, Médecin-Pediatre- Nutritionniste,Medecin-Chef Centre Médical St Joseph de Fraoutown, Nkongsamba