Cameroun : André Mama Fouda prend le pouls des Centres de santé intégrés – 06/03/2015

André Mama Fouda, le ministre camerounais de la Santé. Photo: Services du Premier ministre, portail du gouvernement
André Mama Fouda, le ministre camerounais de la Santé.
Photo: Services du Premier ministre, portail du gouvernement

Le Minsanté s’est rendu sur quatre chantiers mercredi afin de s’enquérir de l’état d’avancement des travaux.

Sur les visages des populations se lisait l’impatience de se faire déjà consulter. Sur d’autres, un questionnement palpable autour de ces Centres de santé intégrés. A toutes les étapes, à Fegmimbang notamment, le ministre de la Santé publique (Minsanté), André Mama Fouda a été obligé de rassurer la population venue l’accueillir. « Peut-être dans trois mois, nous allons revenir et faire la fête parce que l’homme propose et Dieu dispose », a-t-il déclaré. C’est qu’à chaque étape de sa visite effectuée mercredi dans les chantiers du projet de construction des Centres de santé intégrés d’Obili situé dans l’enceinte de l’université de Yaoundé I, Oyom Abang, Minkoa Meyos dans l’arrondissement de Yaoundé VII et Fegmimbang dans la Mefou-et-Akono, le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, a rencontré une foule perplexe. Les populations de chacun de ces quartiers ont manifesté leur joie de disposer d’une infrastructure sanitaire bien que les travaux n’étant pas totalement achevés. « Je suis venu m’assurer que le chantier évolue bien. Je ne suis pas venu inaugurer parce que ce Centre va être équipé totalement. Il faut réaliser un forage pour l’approvisionner en eau », a expliqué André Mama Fouda aux populations de Fegmimbang par Akono. Et Augustin Tamba, maire de l’arrondissement de Yaoundé VII dont la circonscription bénéficie de deux centres de santé de renchérir qu’une population en bonne santé est un gage du développement. Çà et là, l’enclavement sanitaire n’est plus d’actualité chez les bénéficiaires de chacune de ces localités.

Conçus sur un même modèle, ces quatre centres ont la particularité de disposer d’un bâtiment de soins, d’un château d’eau, de logements pour médecins et infirmiers, un incinérateur, un local technique pour alimentation en groupe électrogène, une clôture, des fosses septiques et puisards, une voirie et un réseau divers pour les espaces verts, bancs publics et autres. Ce choix est opéré parce que les établissements sanitaires de ce rang sont souvent « désertés par le personnel médical du fait du manque de logement d’astreinte. La nouvelle structure proposée aux bailleurs de fonds qui sont à nos côtés est celle qui dispose des logements d’astreinte pouvant accueillir trois ou quatre familles. Ce nouveau modèle intègre aussi la dimension énergie renouvelable avec un groupe électrogène suffisant non seulement pour éclairer le centre de santé mais également les populations environnantes. Le Minsanté a pu se satisfaire des réalisations qui permettront au personnel sanitaire de dispenser des soins de qualité.

Source : © Cameroon Tribune

Par Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz