Cameroun – André Mama Fouda : « Il n’y a pas de cas d’Ebola déclaré au Cameroun » – 12/08/2014

André Mama Fouda le Ministre de la Santé Publique du Cameroun dément les rumeurs liées à la présence du virus Ebola à Douala et rassure les camerounais que des mesures sont prises afin de les protéger.

André Mama Fouda Ministre de la Santé Publique du Cameroun.
André Mama Fouda Ministre de la Santé Publique du Cameroun.

Monsieur le Ministre qu’en est-il exactement du décès suspect de l’expatrié à l’hôpital Laquintinie de Douala ?

Nous devons éviter de propager des rumeurs malsaines, nous disons attention, il ne faut pas perturber la quiétude des camerounais. Il ne faudrait pas que certains profitent du fait que le mobil existe, pour lancer un message n’importe comment et faire paniquer les populations. À l’hôpital Laquintinie nous avons des malades dans des situations difficiles et qui peuvent présenter des symptômes semblables à ceux redoutés, mais nous disons qu’il n’y a pas eu jusqu’ici un seul cas suspecté d’Ebola au Cameroun et précisément à Douala.

De nombreux Camerounais ont reçu des Messages téléphoniques disant que la situation est critique à Douala à votre avis qu’elle est l’origine de ces messages ?

Je ne connais pas l’origine de ces messages et je ne suis pas inquiet. Notre pays vit en ce moment un climat alimenté par de fausses rumeurs. Certaines personnes mal intentionnées prennent un malin plaisir à saboter le moral de nos populations. Effectivement quelqu’un a été très malade à l’hôpital Laquintinie. C’est un étranger qui réside chez nous. Cette personne n’a pas voyagée depuis plus de six mois, elle a été victime d’une maladie fulgurante. Certains ont pensé qu’il s’agissait d’Ebola mais il n’en était rien. Cette personne est malheureusement décédée respectons sa mémoire. Nous voulons dire que le gouvernement communique. Je le redis, et je le confirme, pour l’instant au Cameroun, il y a aucune personne suspecté de faire la maladie Ebola. Je voudrais aussi rappeler qu’on n’attrape pas Ebola n’importe comment. Il faudrait être en contact très rapproché avec une personne qui est en train de faire la maladie. Et dans ce cas se sont les liquides biologiques, les sécrétions et autres, qui présentent un danger. C’est pour cela que la première chose à faire est de protéger le personnel médical, parce que c’est ce personnel là qui est en premier exposé au malade. Si cette personne n’est pas protégée elle peut contracter la maladie, et la transmettre à son tour.

Le Virus est déjà présent chez notre voisin le Nigéria, avec la porosité connue de nos frontières qu’est ce qui est mis en œuvre pour que le Cameroun puisse faire face à une éventuelle épidémie ?

Nous avons une organisation de surveillance du territoire au niveau de nos divers points de santé. Nous avons les points d’entrés terrestres avec nos pays voisins et des mesures sont prises à ces point de passage pour prendre directement en charge les éventuel malades.

Dans certains pays des mesures plus musclées sont en œuvre notamment dans les aéroports est-ce aussi le cas au Cameroun ?

Il ne faut pas paniquer nous ne somme pas encore en situation d’épidémie. Il ne faut pas alarmer les populations. Nous avons décidé d’acquérir du matériel de pointe pour pouvoir déceler au niveau des aéroports les personnes faisant de la fièvre avec une température corporelle élevée. Ce dispositif est stressant et il faut bien l’utiliser. En réalité le travail commence au port ou à l’aéroport d’embarquement du passager. Nous allons tenir des séances de travail avec le ministère des transports et l’ensemble des compagnies aériennes qui desservent soit douala, soit Yaoundé, soit Maroua, qui sont des aéroport internationaux, afin que ces compagnies n’embarquent pas une personne qui est malade. Parce qu’en réalité le premier tri ce fait au niveau de l’embarquement. Évidemment ceux qui feront ce travail dans les aéroports et autres points de passages seront dotés d’un matériel de protection adéquat. Il importe de préciser que toute fièvre n’est pas une fièvre hémorragique. Nous avons trois laboratoires qui sont qualifiés pour détecter, prélever le patient et dire s’il s’agit du virus Ebola. Je dirais également que nos craintes se situent au niveau des voies fluviales, nous savons que nous devons faire attention au port de Limbé et celui de Kribi où il y’a une forte activité de part et d’autre de la frontière notamment à l’aide des pirogues. Le territoire est grand et je ne peux pas dire que le système est infaillible, aucune œuvre humaine n’est parfaite. Nous croisons les doigts tout en disant que si jamais un cas est déclaré nous nous organisons pour qu’on puisse le prendre sainement en charge, et éviter qu’il  décède ou qu’il contamine d’autres personnes.

© Camer Post – Propos recueillis par Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Cameroun – André Mama Fouda : « Il n’y a pas de cas d’Ebola déclaré au Cameroun » – 12/08/2014"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Elisabeth Ambassa

on a eu plus de peur que de mal

Fatly Fatou

comment peut t il en être sur?;il vit au Cameroun sans rien savoir sur ce qui se passe vraiment

wpDiscuz