Cameroun – Alain Guy Nkwindja : « Il est temps de mettre fin à cette acculturation » – 19/11/2014

Alain Guy Nkwindja, président du comité d’organisation de la rencontre culturelle dans le village Batchingou par le NEFA.
Alain Guy Nkwindja, président du comité d’organisation de la rencontre culturelle dans le village Batchingou par le NEFA.

Le président du comité d’organisation de la rencontre culturelle tenue dans le village Batchingou par le NEFA dresse le bilan de l’événement et les perspectives futures.

Bonjour Alain Guy Nkwindja et merci de nous accorder cette interview. Vous venez de boucler avec la rencontre internationale du NEFA baptisée « Batchingou’14 ». Quel bilan faites-vous aujourd’hui ?

Bonjour Frank, et merci de l’opportunité que vous m’offrez de parler de « Batchingou’14 ». Pour revenir à votre question, je dirai que les mots d’encouragement et de félicitations dont mon équipe et moi sommes submergés depuis dimanche dernier me donnent à penser que l’évènement fut un succès. De l’aveu même des participants, les attentes ont été dépassées. C’est l’occasion pour moi de remercier tous ces hommes et femmes du comité d’organisation qui, pendant plus de cinq (05) mois, se sont donnés à fond pour le résultat dont nous avons tous été témoins les 15 et 16 Novembre 2014 à Batchingou. Toutefois, il importe de souligner que, malgré la satisfaction qui prédomine, tout n’a pas été parfait, loin s’en faut. C’est pourquoi nous considérons que beaucoup de travail reste à faire afin d’assurer un succès plus retentissant aux évènements futurs, notamment « Bazou’15 ».

Au départ de la chefferie Batchingou.
Au départ de la chefferie Batchingou.

Pour nos lecteurs, à quoi renvoyait cette rencontre qui est la deuxième d’ailleurs, après celle de Bangoulap en 2013 ?

« Batchingou’14 » est la deuxième rencontre internationale annuelle de l’association Le Nde en Force Adi (NEFA). Cette rencontre traditionnelle se tient tous les ans dans un village différent du département du NDE. Mais au-delà de la rencontre, c’est une occasion offerte aux ressortissants du NDE de se replonger, le temps d’un week-end, dans les profondeurs culturelles de leurs villages d’origine. En somme, il s’agit d’un retour aux sources, afin de s’abreuver à la fontaine de son histoire et de sa culture.

Le thème choisi cette année, une fois de plus, par le comité d’organisation était « Le retour aux sources ». Est-ce à dire que les jeunes du département du Ndé recherchent aujourd’hui leurs cultures et origines qu’ils avaient délaissées jusqu’ici ?

Le constat fait aujourd’hui l’unanimité : beaucoup de jeunes du NDE ont perdu le contact avec leurs origines. Combien sont-ils qui ne savent même pas s’exprimer dans leur langue maternelle ? Qui ne savent même pas prononcer le nom de leur village d’origine ? Qui ne sont jamais allés au village ? Qui ne connaissent pas leur « Ndap » (éloge) ? Nous pensons que cette acculturation n’a que trop duré et qu’il faut faire quelque chose. Et l’engouement suscité par le projet « retour aux sources » nous conforte dans notre conviction. Les jeunes du NDE ont perdu leurs repères parce qu’ils sont coupés de leurs origines, nous leur offrons la possibilité de reprendre contact avec leur culture.

Ascension du mont Batchingou.
Ascension du mont Batchingou.

Pour avoir fait le voyage de Batchingou, qu’est-ce qui peut intéresser et attirer un touriste qui débarque au Cameroun ?

Personnellement, j’ai été impressionné et séduit par la qualité des paysages qu’offre ce village. Des hauteurs du Mont Batchingou, vous avez une vue imprenable sur un paysage de rêves. Et que dire du Mont en lui-même ? L’ascension (certes partielle) de ces 2100 m a constitué un des moments les plus importants de notre séjour à Batchingou. Ensuite, il y a eu les chutes d’eau de Setcha, la station de captage d’eau… autant de sites touristiques qui valent le détour. Ensuite, il faut souligner l’attitude très positive des populations locales. Très accueillantes, elles ont à chaque fois fait le maximum pour nous aider à nous orienter. Certains ne se sont d’ailleurs pas fait prier pour nous raconter des anecdotes assez croustillantes sur le village. En résumé, Batchingou est une destination touristique à conseiller vivement.

Après cette rencontre de Batchingou, le dévolu a été jeté sur le village Bazou, dans le même département. Qu’est-ce qui a justifié le choix dudit village au milieu des autres en liste ?

Il importe d’indiquer que le choix de la prochaine destination fait l’objet d’un vote. Pour cette année, deux villages étaient en concurrence : Bazou et Bangangté. Au final, Bazou l’a emporté avec une forte majorité des voix. Cette victoire est à mettre au crédit de l’équipe de soutien de la candidature de Bazou qui a su mettre en exergue la richesse culturelle et touristique de ce village. Mais il faut dire que le fait que Sa Majesté le Chef Supérieur de Bazou soit membre du NEFA (comme celui de Batchingou d’ailleurs) a aussi pesé dans ce choix. Notons d’ailleurs que Bazou était déjà en course pour l’édition 2014, et avait été battu de peu par Batchingou. Nous espérons que, avec l’implication personnelle de Sa Majesté TCHOUA KEMAJOU Vincent, Bazou’15 sera un succès encore plus retentissant que Batchingou’14.

Rencontre culturelle dans le village Batchingou.
Le délégation.

Quel message de fin pour les enfants du Ndé en général et les membres du Nefa en particulier pour l’année nouvelle qui approche à grand pas ?

Un message de paix et d’amour. A Batchingou, nous avons reçu la bénédiction de nos ancêtres. Puisse cette lumière guider nos pas sur le chemin de la sagesse. Par ailleurs, j’invite tous les fils et filles du NDE qui ne l’ont pas encore fait à rejoindre la famille NEFA sur Facebook à l’adresse suivante : https://www.facebook.com/groups/ndeenforceadi/ Ensemble, nous construirons notre département.

© CamerPost – Entretien réalisé par : Frank William BATCHOU

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Cameroun – Alain Guy Nkwindja : « Il est temps de mettre fin à cette acculturation » – 19/11/2014"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Le Parisien
Comment un journaliste digne de ce nom peut laisser dire n’importe quoi à ce type sur les événements des 15 et 16 Novembre 2014 à Batchingou? Il parle du mont Batchingou qui n’existe pas, l’ascension n’a pas eu lieu car les ressortissants de batcha se sont opposés à cette opération montée par le chef Batchingou . Il ne dit aucun mot sur l’agression dont les Batcha ont été victimes avec un mort tué sauvagement par balles par les assassins envoyés par le chef Batchingou et 4 blessés dont deux sont soignés à l’hôpital militaire de Yaoundé . Pour ces faits,… Read more »

ah bon cette Information je ne la connais même pas car j’étais au mont
BATCHINGOU en cette période de Fête International Organisé par le CHEF BATCHINGOU et nous étions invité a cette occasion car nous avons vraiment visité ce village et tiré de très bonne leçon de culture sur place par nos Papa sur place

wpDiscuz