Cameroun : Ahmed Abba, correspondant de RFI, risque la peine de mort

Infographie : Ahmed Abba, correspondant de RFI au Cameroun, risque la peine de mort | © VisActu
Infographie : Ahmed Abba, correspondant de RFI au Cameroun, risque la peine de mort | © VisActu

Marie-Christine Saragosse, la présidente de Radio France Internationale, “supplie” Yaoundé de “mettre un terme au calvaire” du journaliste détenu depuis un an.

Ahmed Abba va être à nouveau jugé ce mercredi par le tribunal militaire de Yaoundé pour “complicité d’actes de terrorisme” et “non-dénonciation d’actes de terrorisme”. Les autorités lui reprochent de ne pas avoir partagé avec les autorités des informations qu’il a collectées sur certains membres du groupe islamiste nigérian Boko Haram, qui mène des attaques dans le nord du Cameroun. Le journaliste a plaidé “non coupable”, mais risque la peine capitale au regard de la loi antiterroriste instaurée en 2014. Ahmed Abba a déjà comparu à quatre reprises. Aucune audience n’a abordé le fond du dossier.

“Quand on parle d’accusations de cette gravité, elles doivent être étayées”, explique Marie-Christine Saragosse qui s’est adressée aux autorités du Cameroun via les ondes de RFI. La responsable de Radio France Internationale dénonce l’absence d’instruction, le défaut de liste de témoins.

Lire la suite à © FRANCE INTER >>