Cameroun – Affrontements sanglants : le commissaire de police principal du 12ème assommé par des « benskinneurs »

Un commissaire de police principal assommé par les « benskinneurs » | © Facebook/Illustration
Un commissaire de police principal assommé par les « benskinneurs » | © Facebook/Illustration

Emmanuel Ndema Ollo a un reçu coup violent à la tête à l’aide d’une planche. Un fait causé par les conducteurs de mototaxis. La scène a eu lieu à Douala alors que l’homme en tenue et ses collègues ne faisaient que leur travail. Notamment le contrôle des plaques d’immatriculation Cemac. Une vingtaine de moto-taxis non conformes ont d’ailleurs été saisies ce mercredi 21 septembre. Voilà qui a poussé les conducteurs des engins à deux roues à créer un branle-bas dans les artères de la ville de Douala.

L’homme en tenue blessé a saigné mais heureusement pour lui, il a eu la vie sauve après avoir reçu des soins à l’hôpital. Son agression est vivement dénoncée par les autorités et les citoyens ayant assisté à la scène. « Ce n’est pas sérieux. Nous avons toujours dit que ces benskinneurs sont pour la majorité des jeunes inciviques. Comment peut-on avoir le courage de battre sur son prochain. C’est assassin », tempêtent les populations à CAMERPOST.

D’eux, on apprend que près d’une centaine des conducteurs à deux roues ont arpenté les rues de Douala, principalement sur l’axe Ancien-Dalip/Mobil Bonakouamouang/Rond-Point Maetur à Bonamoussadi à vive allure. Créant des bouchons ci et là. « La circulation a été paralysée sur la plupart des axes routiers. Il ne fallait surtout pas risquer de les approcher. Piétons, chauffeurs des taxis et des voitures à usage personnel ne pouvaient qu’observer leur passage d’un regard stupéfait », témoignent des usagers de la route.

Outre la saisine des engins, la pomme de discorde entre les conducteurs à deux roues et les éléments de force de maintien de l’ordre vient du fait que les autorités ont appelé les hommes en tenue à se charger du contrôle des pièces d’identification des « benskinneur » ainsi que des papiers de leurs véhicules (plaques d’immatriculation Cemac, assurance, vignette automobile, permis de conduire…). Les indisciplinés ont donc vu leurs motos saisies. « Voilà pourquoi, nous avons manifesté notre mécontentement », expliquent les « benskinneurs » pourtant non en règle pour la plupart.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Cameroun – Affrontements sanglants : le commissaire de police principal du 12ème assommé par des « benskinneurs »"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Adoum Ousmanou

Bien fait pour lui

Martin Djamon

Le contrôle doit être une affaire de tous les jours et non d’un jour,si on veut mettre un terme à ces désordres urbains.A ces bensikineurs retenez qu’on ne s’attaque pas aux symboles de l’État impunément.

Eric Donfack

Ces gar nont rien a perdre ni a gagner. S ataquer o bensikineurs et un danger pour le peuple

Germain

Pourquoi un danger? Pour qui ces voyous se prennent-ils ? Sont-ils au-dessus des lois parce qu’ils viennent en majorité de l’ouest Cameroun et qu’ils comptent sur leur nombre et leur incivisme légendaire? S’ ils se comportent en Camerounais entièrement à part, qu’ils n’oublient pas qu’ils sont des Camerounais à part entière n’étant au-dessus d’aucunes lois au Cameroun.

Owona Fotso Patrick
Sans vouloir vous énerver et avec tout mon respect Monsieur Germain. Je pense que votre pensée va un peu loin et je ne suis pas sûr que la majorité des bensikineurs soit de l’Ouest. En plus vos propos veulent faire comprendre que les gens de l’ouest du pays sont d’un “INCIVISME LÉGENDAIRE” pouvez vous je vous prie développer ceci? Quel est votre réel objectif? La notion d’incivisme qui est devenu une récurrence se retrouve à tous les niveaux de notre pays passant par les bensikineurs et plus encore la police et les administrateurs… Ceci a pris un envol fulgurant depuis… Read more »
wpDiscuz