Cameroun – Affaire Recodh / Zebaze et autres : Un nouveau report qui agace !

Des membres du Recodh | DR
Des membres du Recodh | DR

La prochaine audience aura lieu le 31 août 2016 au tribunal de première instance de Yaoundé Centre administratif. La décision a été prise hier vendredi le 19 août lors de la deuxième audience de référé. L’affaire vient à nouveau d’être reportée afin que le sieur Zebaze produise ses observations sur les conclusions du Recodh (lesquelles ont été remises par le Recodh lors de l’audience du 13 août 2016), informe Paul Guy Hyomeni, coordonnateur national du réseau en question à CAMERPOST. Il s’agit là, apprend-t-on, d’un conflit qui oppose le Réseau Camerounais des Organisations des Droits de l’homme (Recodh) et les sieurs Zebaze Joseph Désire et Ali, respectivement Secrétaire permanent et Responsable administratif et financier de ce même réseau. Autrement dit, c’est un conflit interne qui a été porté sur la place publique, en justice, d’après nos recherches.

De plus, dans une mise au point de Recodh, on peut lire que « suite à la tenue d’une assemblée générale illégale du réseau en question le 4 août dernier, à la  détermination d’un groupuscule de personnes à nuire à l’image de marque du Recodh et au refus catégorique de tout dialogue des frondeurs, la Coordination Nationale a saisi la justice : le juge des référés d’heure en heure pour suspension et le Tribunal de Grande Instance du Mfoundi pour nullité ». C’est ainsi que la première audience des référés s’est tenue le vendredi 13 août 2016.  Au cours de cette audience, les éléments du dossier du Recodh ont été présentés à Sieur Zebaze et Ali. L’audience qui a été renvoyée au 19 août 2016 à 11h, pour les observations de Zebaze et maintenant le 31 août pour le même motif.

Rappelons que le Réseau Camerounais des Organisations des Droits de l’homme qui voit le jour en Janvier 2010 est la manifestation de la volonté conjointe des organisations œuvrant pour la promotion et la protection des droits de l’homme au Cameroun, des autorités en charge du suivi de la mise en œuvre du Programme national de Gouvernance et du programme Droits Humains du PNUD/CNDHL.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa