Cameroun – Affaire Paul Eric Kingué : 12 milliards de dommages et intérêts pour l’ancien maire – 24/07/2015

Le Groupe de travail des Nations Unies somme l’Etat du Cameroun de verser cette somme à Paul Eric Kingué, l’ex maire de Penja. | DR
Le Groupe de travail des Nations Unies somme l’Etat du Cameroun de verser cette somme à Paul Eric Kingué, l’ex maire de Penja. | DR

Le Groupe de travail des Nations Unies somme l’Etat du Cameroun de verser cette somme à Paul Eric Kingué, l’ex maire de Penja.

La somme de 12 milliards Fcfa exigée par le Groupe de travail des Nations Unies à Genève concerne deux des trois affaires pour lesquelles l’ex maire de Njombé Penja était maintenu en prison. La première concerne l’affaire du prétendu détournement de la somme de 1.400.000Fcfa, argent qui a servi aux frais d’installation de l’exécutif communal. Affaire dans laquelle il avait été condamné par le Tribunal de grande instance (Tgi) du Moungo à 10 ans d’emprisonnement ferme. La Cour d’appel, saisie de ce dossier a cassé et annuler ce jugement, a déclaré Kinguè non coupable et l’a acquitté. Pourtant, Paul Eric Kinguè restera maintenu en détention. «La somme de 7 milliards Fcfa représente les dommages et intérêts alloués à Paul Eric Kinguè dans le cadre du dossier du prétendu détournement de la somme de 1.400.000Fcfa. Personne n’a formulé  pourvoi dans le cadre de ce dossier», note Me René Manfo, conseil de l’ex-maire.

Il explique par ailleurs qu’ «après cette décision, les conseils de Paul Eric Kinguè ont saisi le groupe de travail des Nations Unies à Genève pour, premièrement, demander sa libération parce que malgré son acquittement, il était toujours détenu ; deuxièmement, demander la réparation du tort à lui causé et enfin la reconstitution de sa carrière politique. Donc, cette somme de 7 milliards Fcfa est le montant demandé par le Groupe de travail des Nations Unies qui, dans le dispositif de sa décision avait effectivement constaté que, Kinguè, continuait de purger la peine de prison et qu’il s’agissait donc là d’une détention arbitraire». C’est, relève l’avocat, la conséquence de cette décision du Groupe de travail qui a demandé que l’Etat du Cameroun, à titre de dommages et intérêts lui alloue cette somme.

La deuxième procédure est toujours pendante à Genève dans le cadre de ce dossier. Il s’agit cette fois du détournement de la somme de 10 millions Fcfa destiné à l’installation d’un réseau d’eau Snec à l’hôtel de ville. Affaire pour laquelle l’accusé a écopé d’une condamnation à vie, toujours par le Tgi du Moungo. Le Groupe de travail des Nations Unies s’est également saisie de ce dossier. Et, ici, «le verdict est encore attendu et à ce niveau-là, les dommages et intérêts sollicités sont évalués à 5 milliards Fcfa», informe l’avocat. Le conseil de la défense soutient également que l’Etat du Cameroun s’est déjà penché sur ces dossier, car, souffle-t-il, «aux dernières nouvelles, nous avons été informés de ce qu’une commission a été nommée pour statuer sur ces affaires et nous attendons les résolutions de ladite commission».

Source : © Mutations

Par Blaise Djouokep