Cameroun – Affaire Lydienne Eyoum: Yondo Black accuse Amadou Ali et Akame Mfoumou – 09/08/2014

L’avocat affirme que c’est le vice-premier ministre et l’ancien ministre des Finances qui sont à l’origine du procès contre sa cliente.

Lydienne Yen Eyoum - Photo d'archives.
Lydienne Yen Eyoum – Photo d’archives.

Les avocats de Lydienne Yen Eyoum ont achevé leurs plaidoiries Jeudi, 7 août après plus de six heures de paroles. En réalité des coups de gueule. Me Yondo Black en a toujours gros sur le cœur. Après le président du Tcs, Yap Abdou, il y a quelques semaines, c’est au tour d’Amadou Ali et d’Akame Mfoumou. Tenez: «la lutte engagée par le chef de l’Etat contre toutes les manipulations de la fortune publique ne peut qu’avoir l’adhésion de tous lorsqu’il n y aura plus de parti pris. Chacun doit être jugé sans haine, ni passion, loin de tout esprit de règlement de comptes. Le ministre d’Etat Akame Mfoumou est un monsieur complexe, ondoyant et indécis. Il se trouve être à l’origine de ce procès. Il aurait également dû être poursuivi, mais Akame Mfoumou étant le jeune frère de Foumane Akame qui est le conseiller des affaires juridiques du président de la République, qui oserait l’inquiéter? En fait, il s’agit d’une cabale contre Lydienne Eyoum orchestrée par Amadou Ali (à l’époque ministre de la Justice) qui y joue un rôle néfaste », tempête Me Yondo Black.

En effet, l’accusation soutient que Me Eyoum a procédé à une saisie abusive dans le compte de la Sgbc à la Beac alors que le ministre des Finances de l’époque, Akame Mfoumou, et la Sgbc avaient auparavant trouvé un arrangement amiable avec la banque pour le règlement du différend qui l’opposait à l’Etat du Cameroun. «La saisie attribution effectuée par Me Lydienne Eyoum fait suite à une décision de justice. Est-ce que le ministre des Finances, fusse-t-il ministre d’Etat est compétent pour revenir sur des décisions de justice? Est-ce le rôle d’un ministre des Finances de juger ce que le juge a décidé? Aujourd’hui on reproche à Me Eyoum, à Abah Abah, à Baleng Maah d’avoir exécuté des décisions de justice. Sommes-nous encore dans un Etat de droit? Où sont les magistrats qui ont favorisé cette décision ? Ils devraient également être dans le box des accusés avec Me Eyoum. Akame Mfoumou a donné mainlevée entière et définitive des créances dues par la Sgbc sans que Me Eyoum ne soit au courant de sa démarche avec la Sgbc», rétorque Me Mengue, avocat de Lydienne Eyoum.

378 millions Fcfa

Par ailleurs, le parquet général accuse Me Eyoum d’avoir perçu deux fois des honoraires exorbitants pour la même affaire. Me Mengue rappelle à ce sujet que d’après la loi qui organise la profession d’avocat et le règlement intérieur du barreau, «les honoraires se discutent librement entre le client et l’avocat». Et même s’il s’agit d’une question d’honoraires, poursuit Me Mengue, c’est le bâtonnier de l’Ordre des avocats et non le Tcs qui est compétent pour la juger. Me Mengue fait en plus savoir que la première note d’honoraires qui date du 12 avril 1999 et qui a été payée à hauteur de 378 millions Fcfa par le ministre Akame Mfoumou fait suite à la procédure d’injonction de payer signifiée à la Sgbc qui est différente de la procédure d’exécution qui, elle, est intervenue en 2000 et 2004 et pour laquelle Me Eyoum était en droit d’avoir des honoraires pour cet autre travail, martèle Me Mengue. Celui-ci ne manque pas de souligner que pour le paiement des 378 millions Fcfa à Me Eyoum, Me Mbiam qui était «le facilitateur auprès du ministre Akame Mfoumou a perçu 100 millions Fcfa dans les 378 millions Fcfa», révèle Me Mengue.

Après avoir démontré l’incompétence du Tcs à connaitre même des faits de saisie attribution abusive, qui relève du juge du contentieux, à en croire Me Mengue, il a interpellé la conscience et le serment des juges. «Vous ne pouvez pas continuer à laisser faire ». Me Mengue emprunte à Pascal: «si le juge échoue à protéger les libertés fondamentales, c’est que, il a échoué en tout». Pour les avocats de Lydienne Eyoum, leur cliente est victime d’un complot ourdi par Akame Mfoumou et Amadou Ali.

Source : © Le Jour

Par Eitel Elessa Mbassi

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Cameroun – Affaire Lydienne Eyoum: Yondo Black accuse Amadou Ali et Akame Mfoumou – 09/08/2014"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Francisca Mboe

ah ca

Elisabeth Ngah

Tu fait un travail et tu gagnes 378 millions? Mama ma copine oooh

Valery Blaszkiewicz Awoudou

le kmer c’est le kmer. Mama, avec de tels honoraires, il y a lieu de faire du droit:

Elisabeth Ngah

Le tout n est pas de faire le droit il faut encore être dans leur entourage

Valery Blaszkiewicz Awoudou

La vie aujourd’hui, ce sont les connexions, la chèvre broute là où elle est attachée.

wpDiscuz