Cameroun – Affaire Lydienne Eyoum : Pourquoi Paul Biya a accordé une remise de peine à l’avocate franco-camerounaise

l’avocate franco-camerounaise Lydienne Eyoum | © Twitter/Archives
l’avocate franco-camerounaise Lydienne Eyoum | © Twitter/Archives

L’avocate franco-camerounaise Lydienne Annette Yen Eyoum, épouse Loyse, condamnée à 25 ans d’emprisonnement pour détournement de deniers publics, a bénéficié d’une remise de peine au terme d’un décret du chef de l’Etat Paul Biya diffusé dans la nuit de lundi à mardi par la radio nationale.

Mandatée pour le recouvrement d’une somme de 2 milliards FCFA auprès d’une banque pour la déposer au Trésor public, elle n’en restitua finalement que la moitié, l’autre partie étant prétendue avoir été encaissée au titre de ses honoraires.

Interpellée en janvier 2010, l’avocate d’origine camerounaise fut ainsi condamnée en fin 2014 par le Tribunal criminel spécial (TCS), une peine confirmée le 9 juin 2015 par la Cour suprême.

Aussitôt informée de la nouvelle, l’ambassade de France à Yaoundé s’est dépêchée d’aller l’extraire de la prison centrale de la capitale au milieu de la nuit et, en milieu de matinée, des sources introduites l’annonçaient en transit à la résidence de la résidence consulaire, avant son transfert vers l’Hexagone.

Selon les mêmes sources, Lydienne Annette Yen Eyoum doit sa libération aux multiples pressions exercées par Paris sur le pouvoir camerounais.

L’une des dernières cartes des diplomates français, apprend-on encore, aura ainsi été la signature, en fin de semaine dernière, du 3ème Contrat de désendettement et de développement (C2D) de la France, d’un montant total de 400 milliards FCFA dont la libération de l’avocate aurait été l’une des conditionnalités.

© CAMERPOST avec © APA