Cameroun – Affaire Albatros : Jean Marie Atangana Mebara lâché par ses avocats – 25/06/2015

Jean-Marie Atangana Mebara, ancien secrétaire d'Etat à la présidence du Cameroun | UN Photo/Devra Berkowitz
Jean-Marie Atangana Mebara, ancien secrétaire d’Etat à la présidence du Cameroun | UN Photo/Devra Berkowitz

Me Assira et Me Akani se sont déconstitués à l’audience d’hier au TCS, pour « violation » de leurs droits.

L’on s’attendait à tout, sauf à ce rebondissement hier au Tribunal criminel spécial (TCS). L’audience devait porter sur les réquisitions du ministère public. Mais elle est à peine ouverte autour de 10h30 que Me Claude Assira, l’un des conseils de Jean Marie Atangana Mebara fait passer un document aux magistrats. Le ministère public a un exemplaire. La partie civile aussi. C’est lorsque Richard Wanki, président de la collégialité des juges passe la parole à l’accusé que le public apprend que les deux avocats viennent de jeter l’éponge. Ils ne chemineront plus ensemble comme c’est le cas depuis 2008, pour Me Claude Assira. Visiblement abattu par cette décision, Jean Marie Atangana Mebara indiquera :

« Les avocats décident de se déconstituer à cause des multiples violations de la loi. Je leur rends hommage. Ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Je prie les membres de la collégialité afin qu’il m’accorde un délai pour constituer ma défense ». Une fois assis, c’est le front contre la table qu’il est resté pendant un bon moment.

Interpellé au sujet de cette déconstitution, le représentant du ministère public indiquera que « cette démarche n’engage que ces avocats. La déconstitution des conseils au cours d’une procédure n’est pas un fait nouveau ». Et lorsqu’elle survient et que l’accusé risque une peine de mort ou un emprisonnement à vie, a-t-il poursuivi, le tribunal est tenu d’assigner un avocat à l’inculpé,  abandonné par ses avocats. Au terme de l’observation du représentant du ministère public, le président de la collégialité a accédé à la demande de Jean Marie Atangana Mebara. L’on a ainsi entendu qu’on « va vous laisser le temps de trouver de nouveaux avocats. Si vous ne le faites pas dans les délais, on vous en assignera d’autres».

La prochaine audience a été fixée au 13 juillet prochain. Notamment pour les réquisitions du ministère public, qui devaient avoir lieu hier.

Source : © Cameroon Tribune

Par Elise ZIEMINE

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz