Cameroun – Administration Centrale : Ces nominations à problème – 06/05/2015

Philémon Yang, Premier ministre (PM) du Cameroun | DR
Philémon Yang, Premier ministre (PM) du Cameroun | DR

Des décisions prises en marge des règles et procédures décriées par le Premier Ministre qui a récemment rapporté des nominations au Minader.

Cela aurait pu être banal. Tellement l’administration camerounaise dans sa marche au quotidien, fourmille d’actes de nomination d’agents publics tous grades confondus, à divers poste de responsabilité. Au service de l’Etat, de la communauté nationale dans son entièreté. Dans cette optique, la désignation le 17 avril dernier par le ministre en charge de l’Agriculture, d’une poignée de responsables n’a pu soulever, a priori, qu’un intérêt mesuré en dehors de ce département ministériel et des personnel « promus ». Les choses, pourtant, sont allées tout autrement. Et pour cause ! Les fonctions de directeur et plus encore, d’inspecteur général, valent leur pesant d’auréole et de respectabilité, parce qu’elles représentent un couronnement, la consécration d’un parcours professionnel en général long et riche en péripéties.

C’est vraisemblablement ce qui a suscité onze jours plus tard une réaction prompte et musclé du Premier Ministre, chef de Gouvernement. En tout cas, il est permis de le penser. Dans les faits, celui qui, constitutionnellement, « exerce le pouvoir réglementaire et nomme aux emplois civils, sous réserve des prérogatives reconnues au Président de la République dans ces domaines » a signé le 28 avril 2015 un arrêté rapportant les décisions du Minader « pour vice de forme, de procédure et de compétence ». Assez peu courant dans notre administration réputée pour sa rigidité dans les procédures, le fait ne pouvait pas passer inaperçu. Au point d’alimenter des débats animés à travers les ondes et les tabloïds.

Nombre d’observateur font observer cependant qu’au-delà du dysfonctionnement, l’arrêté du Premier Ministre apparaît comme une volonté manifeste de reprise en main par le chef du gouvernement dans un domaine sensible. Les ministres, pour des raisons diverses, ayant parfois entrepris des nominations de responsables intérimaires, mais qui demeurent en fonction des années durant. Avec à la primature, les avantages liés à ces positions enviables. Le manège a fini par faire tache d’huile. Et des émules. Au point que l’exception tend progressivement à devenir la règle. Comment revenir à l’orthodoxie dans des conditions qui garantissent efficacité et célérité de l’administration ? La question mérite certainement réflexion.

Source : © Cameroon Tribune

Par Makon Ma Pondi

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz