Cameroun – Accueil des réfugiés : des Centrafricains reconnaissants

Des Centrafricains reconnaissants de l'accueil des réfugiés par le Cameroun | Ph. © CT
Des Centrafricains reconnaissants de l’accueil des réfugiés par le Cameroun | Ph. © CT

L’ambassadeur de RCA, Martial Beti-Marace en visite dans la région de l’Est pour apprécier le travail fait par les partenaires du Cameroun en faveur de ses concitoyens

Sur les 260 000 réfugiés centrafricains officiellement recensés par le Haut-commissariat des Nations-unies aux réfugiés (HCR) au Cameroun, plus de 180 000 sont établis dans les camps de la région de l’Est. Et si l’on y ajoute ceux qui sont disséminés dans les familles, « il faut reconnaître que la région de l’Est contribue énormément à l’accueil des Centrafricains. Et je suis venu dire merci aux autorités locales pour cela et apprécier ce que les partenaires du gouvernement camerounais, GIZ notamment, font pour les soulager ». Propos de Martial Beti-Marace, ambassadeur de la République centrafricaine (RCA) lundi et madi derniers à Bertoua et à Batouri, respectivement devant le gouverneur Grégoire Mvongo et le préfet de la Kadey, Emmanuel Alpha.

Au complexe hospitalier catholique de Batouri, le diplomate centrafricain a pu apprécier l’apport de deux nouveaux bâtiments construits et un autre réhabilité par GIZ. Selon le surveillant général de cette formation hospitalière, Yanick Ambomo Ntigui, « entre 20 et 25 opérations de petite chirurgie sont désormais effectuées contre moins d’une dizaine avant la livraison de l’un des bâtiments ». Petite ombre sur le tableau, « il manque la construction d’une salle spécialisée pour abriter l’appareil de radiologie offert depuis trois ans, afin que les malades de Batouri et ses environs ne soient plus référencés à Bertoua ».

Hier, mercredi, 5 avril, la forte délégation s’est rendue à Mbilé, dans la commune de Kentzou où GIZ a déployé un projet de fabrication, distribution et utilisation de combustibles alternatifs au bois. Il faut reconnaître que l’afflux des réfugiés a un fort impact sur les ressources utilisées aussi par les populations locales, comme le bois de chauffe. Avec ledit projet, tous les 15000 habitants de Mbilé bénéficient des retombées et les conflits entre réfugiés et populations hôtes ont diminué.

Source : © Cameroon Tribune

Par MESSI BALA