Cameroun – Accident ferroviaire d’Eséka : La nation porte le deuil

La nation porte le deuil suite à l'accident ferroviaire d’Eséka | Ph. Facebook
La nation porte le deuil suite à l’accident ferroviaire d’Eséka | Ph. Facebook

Le chef de l’Etat a décrété une journée de deuil national qui s’observe ce lundi en mémoire des victimes du déraillement survenu vendredi dernier.

Ce lundi, 24 octobre 2016, est journée de deuil national au Cameroun. Ainsi en a décidé le président de la République, Paul Biya, qui a signé samedi dernier, 22 octobre, un décret y relatif. Ce deuil national a été décrété pour marquer l’hommage de la Nation aux personnes qui ont perdu la vie lors du tragique accident de train survenu aux environs de 13h le 21 octobre 2016 à Eséka, chef-lieu du département du Nyong-et-Kelle, région du Centre. Ce train Inter-City était parti de la gare de Yaoundé et se rendait à Douala.  Le bilan officiel provisoire de l’accident fait état d’une soixantaine de morts et de 575 blessés. C’est ainsi que pendant cette journée, on va assister à la mise en berne des drapeaux, c’est-à-dire qu’ils vont être hissés à mi-mât sur toute l’étendue du territoire national. Ce sera par conséquent une journée de recueillement, le décret présidentiel ayant été signé en mémoire des victimes.

Aussitôt informé vendredi, le chef de l’Etat, qui suit la situation de près, d’après une déclaration du gouvernement lue vendredi par le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, « a donné des instructions appropriées au Premier ministre, chef du gouvernement, pour tenir une réunion de crise à ce sujet ». C’est à la suite de cette réunion qu’une délégation interministérielle composée du ministre de la Santé publique, du ministre des Transports, du ministre délégué auprès du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation et du secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la Gendarmerie nationale, a été dépêchée sur le lieu du drame afin d’évaluer la situation sur place. Dès la survenance de l’accident, des moyens nécessaires du ministère de la Défense, du ministère de la Santé publique, de la protection civile et des autres services de sécurité ont été immédiatement mobilisés pour apporter aide et assistance aux victimes. Divers témoins ont aussi salué la mobilisation des populations d’Eséka qui ont secouru les victimes.

Le chef de l’Etat a par ailleurs instruit le gouvernement de mettre à la disposition des familles éplorées et des blessés des moyens pour faire face à la situation. Il a en outre prescrit l’ouverture d’une enquête afin que la lumière soit faite sur cet accident.

Le vrai déraillement du train vendredi dernier en mi-journée a été précédé par un autre incident s’étant produit quelques heures plus tôt sur la route nationale n°3, communément appelée « Axe lourd Yaoundé-Douala », toujours dans le département du Nyong-et-Kelle. Selon des témoignages concordants, à la suite des pluies diluviennes survenues dans la nuit du 20 au 21 octobre 2016, une buse s’est effondrée au lieu-dit Matomb, provoquant une interruption de la circulation. Aucune perte en vie humaine et aucun blessé n’ont été enregistrés. Des travaux d’urgence ont permis de rétablir la circulation en début d’après-midi samedi dernier.

Au total, le mauvais sort semble s’être acharné sur le Cameroun le 21 octobre 2016. D’aucuns l’ont déjà qualifié de « vendredi noir ». La journée de deuil national observée aujourd’hui permettra aux croyants de prier pour le repos éternel des âmes des victimes et pour solliciter la protection divine.

Source : © Cameroon Tribune

Par Rousseau-Joël FOUTE